L’Asie de l’Est fait actuellement face à une flambée épidémique, et ce, pour la quatrième fois depuis le début la crise sanitaire. Et alors que l’économie mondiale semble s’orienter vers un redémarrage, cette partie du globe risque de rater le train de la reprise. Pour la plupart des pays de la région, le taux de vaccination des habitants reste très bas.

Un retour brusque au confinement

Au Vietnam, le coronavirus a fait 35 victimes en 18 mois. Malgré cette statistique peu alarmante par rapport aux autres pays, le gouvernement a renforcé les mesures restrictives suite à l'atteinte du pic d'infections causées par des passages clandestins sur la zone frontalière cambodgienne.

En avril, cette région a en effet connu une alerte épidémique. Aussi, le gouvernement a imposé un confinement brusque afin d'éviter tout débordement de situation.

Le nombre de cas positifs a également augmenté en flèche dans d'autres pays, comme la Thaïlande, le Laos, la Malaisie et le Singapour.

Dimanche dernier, 38 nouvelles personnes contaminées ont été détectées dans la Cité-État, le bilan le plus alarmant depuis plus d'une année. Pour reprendre le contrôle sur l'épidémie, les autorités ont entre autres fermé les restaurants et restreint le nombre de passagers dans les taxis.


Il est toujours conseillé de prendre une mutuelle santé pendant les voyages à l'étranger afin de bénéficier d'une prise en charge immédiate en cas de contamination au coronavirus ou en cas d'accident.

Des pays où les populations sont très peu vaccinées

En Asie orientale où les populations se sentent plus à l'abri de la pandémie par rapport aux autres pays du monde entier, les diverses autorités n'ont lancé les campagnes de vaccination que très tard, et ce, de façon limitée.

En Thaïlande par exemple, 1 % des habitants sont vaccinés. En Corée du Sud, le pourcentage est de 1,8 %, contre 3 % en Indonésie et 0,4 % en Taiwan.

Pour éviter une éventuelle perte humaine importante, les gouvernements de tous les pays en Asie ont pris la décision d'accélérer le rythme des campagnes vaccinales. Cette mesure a aussi été prise pour ne pas manquer la préparation à la réouverture des frontières et des économies avec les pays occidentaux.