Au Brésil, l’épidémie de Covid-19 semble avoir perdu de sa virulence. Compte tenu de la situation, la population locale s’avère déterminée à reprendre sa vie d’avant la crise sanitaire. Ainsi, les plages de Rio Janeiro se trouvent à nouveau bondées. Cependant, des analystes appellent à la prudence quant à une possible nouvelle augmentation des infections au coronavirus.

Au Brésil, le nombre de décès attribuables au SARS-CoV-2 a tourné en moyenne autour de 500 durant un mois. En avril dernier, il s'est élevé à environ 3 000. Les campagnes de vaccination dans le pays ont grandement influé dans la baisse de la transmission du coronavirus. Au 9 octobre 2021, approximativement 75 % des 210 millions de Brésiliens ont été inoculés d'une dose au moins.

Marcelo Queiroga a annoncé que dès 2022, les 18-60 ans pourront à nouveau recevoir une injection. 354 millions de doses pourront être administrées, poursuit le ministre brésilien de la Santé. Il s'est aussi engagé à mettre fin à l'épidémie de SARS-CoV-2 d'ici l'année prochaine.


Diminution des cas de SARS-CoV-2

Un scénario très positif au vu des dernières déclarations de certains scientifiques. Ils ont prévenu que le variant Delta, plus transmissible, engendrerait une autre vague plus mortelle au Brésil. Suivis de près par les organismes de mutuelle familiale, entre autres, ces avertissements sont jusqu'à présent restés sans effet.

Parmi ces experts, le professeur de santé publique à l'Université de São Paulo. En juillet dernier, Gonzalo Vecina a indiqué qu'en quelques semaines, le variant Delta entraînerait une nouvelle flambée des cas. Pour lui, celui Gamma pourrait avoir une incidence sur l'affaiblissement de la propagation du variant Delta. Il précise :

Ce n'est pas la conclusion d'une étude ; c'est une possibilité que nous soulevons face à ce que nous voyons. Nous assistons à une augmentation du variant Delta dans les pays qui ont rouvert autant que le Brésil, et notre nombre de cas continue de baisser, à quelques exceptions très particulières.

Plus tôt dans l'année, un nombre conséquent de Brésiliens a été contaminé par la souche Gamma, découverte à Manaus. Une ville située dans la région amazonienne.

Certains experts craignent toujours une résurgence de l'épidémie

Face à ce ralentissement de l'épidémie de SARS-CoV-2, le Brésil apparaît résolu à retourner à la normale. À Rio de Janeiro, les plages sont débordées. Dans la capitale, Brasilia, les fonctionnaires ont quasiment cessé les réunions en visioconférence. À São Paulo, les bars se remplissent à nouveau. Marcelo Queiroga a insinué le 8 octobre 2021 que l'obligation de port de masque devrait être levée.


Le maire de Rio annonce qu'en 2022, sa ville recevra son carnaval. Eduardo Paes a souligné qu'aucune distanciation sociale ne sera imposée :

Ce serait ridicule de demander aux gens de se tenir à un mètre de distance. Si tel était le cas, je serais le premier à ne pas suivre la consigne.

Néanmoins, nombre d'analystes demeurent inquiets du potentiel de transmission de la souche Delta. Parmi eux, le directeur exécutif de l'Institut brésilien d'études sur les politiques de santé. D'après Miguel Lago, le Brésil pourrait sous peu enregistrer plus d'hospitalisations dues au SARS-CoV-2. Et d'ajouter qu'en évoquant des fêtes et en rouvrant trop, les dirigeants prennent d'importants risques.