Jusqu’à présent, les patients qui suivent des séances d’activités physiques sur prescription médicale n’ont pas droit à un remboursement. Pourtant, de nombreuses études ont déjà démontré le rôle bénéfique de ces séances dans l’amélioration du bien-être des personnes atteintes de pathologies chroniques.

Santé : les activités physiques prescrites par un médecin bientôt remboursé ?

Le non-remboursement : un frein au développement des activités physiques adaptées

Pr Martine Duclos, présidente du comité scientifique de l'Onaps ou Observatoire national de l'activité physique et de la sédentarité,

A déclaré que l'absence de remboursement des activités physiques adaptées (APA) freine leur développement.

Cela limite leur démocratisation auprès des patients atteints de maladies chroniques, comme le cancer, le diabète, l'hypertension artérielle ou encore la dépression légère. En juillet dernier, le président Emmanuel Macron a émis le souhait d'une prise en charge de ces APA.

La question du remboursement des activités physiques sur prescription médicale sera abordée dans le cadre du prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale.


Une séance individuelle peut coûter jusqu'à 40 euros, et bien que les séances en groupe soient plus abordables, les personnes modestes sans une mutuelle santé adaptée doivent y renoncer.

Parmi ses recommandations durant l'été, Martine Duclos a proposé le remboursement des activités physiques prescrites pour l'ensemble des maladies chroniques.

L'APA est intégrée au programme des étudiants en médecine

Au moins 200 pathologies chroniques peuvent aujourd'hui justifier d'une activité physique adaptée, ce qui concerne plus de 20 millions de Français, soit une personne sur quatre vivant dans l'Hexagone. Pour les seniors de plus de 65 ans, les maladies chroniques touchent trois personnes sur quatre.

Le poids financier de ces affections sur l'Assurance Maladie est considérable, puisqu'elles ont coûté 142 milliards d'euros en 2018. Les complications et les coûts associés peuvent cependant être maîtrisés grâce à une meilleure intégration des APA dans les parcours de soin.

Étant donné que les bénéfices des activités physiques ont déjà été démontrés en amont des maladies, pendant le traitement et dans la vie quotidienne des patients, elles sont désormais incluses dans la formation des étudiants en médecine.

Il n'est donc plus nécessaire d'être un médecin du sport pour pouvoir les prescrire de manière avisée. Cette intégration est d'autant plus importante que chaque maladie a ses propres activités correspondantes.

A retenir
  • La question du remboursement des activités physiques adaptées sera discutée dans le cadre du prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale.
  • Les effets bénéfiques des APA sur les maladies chroniques ont déjà été prouvés.
  • Les APA font aujourd'hui partie du cursus des étudiants en médecine.