L’année 2024 apporte des changements significatifs dans le paysage des mutuelles françaises. En effet, la Mutualité Française a annoncé une hausse des cotisations de 8,1 % en moyenne. Cette mesure, qui s’appliquera à tous les contrats, est motivée par plusieurs facteurs, dont l’explosion des dépenses de santé, la revalorisation des rémunérations des professionnels de santé ou encore le transfert de certaines remboursements de la Sécurité sociale vers les mutuelles.

Santé : une augmentation des cotisations des mutuelles est prévue pour 2024

Les raisons de l'augmentation

Les contrats de complémentaire santé individuelle, souscrits principalement par les seniors, les jeunes, les travailleurs indépendants et les employés de l'administration, connaîtront une hausse moyenne de +7,3 %.

Parallèlement, les contributions des contrats collectifs obligatoires seront revalorisées de +9,9 %, tandis que pour les facultatifs, l'augmentation sera de +7,7 %.

Éric Chenut, président de la Mutualité Française, souligne que « cette décision était une nécessité incontournable pour rembourser les dépenses de santé des affiliés tout en minimisant le reste à charge.

Il rejette les allégations selon lesquelles cette mesure ferait peser le risque santé sur les générations futures.


Les pressions sur les cotisations en 2024

L'année 2023 a été marquée par une envolée des dépenses de santé, avec une augmentation de +6 % des remboursements versés par les mutuelles par rapport à 2022.

Cela est dû à plusieurs facteurs, notamment la revalorisation des honoraires des professionnels de santé et la baisse du remboursement des soins dentaires par l'Assurance maladie, qui est passé de 70 % à 60 %.

Ces nouvelles dépenses ont ajouté des contraintes financières aux mutuelles, qui sont susceptibles de répercuter ces hausses sur les cotisations de leurs adhérents.

Les cotisations au service de la santé

Les coûts de la santé augmentent de manière constante, ce qui oblige les mutuelles à ajuster leurs cotisations. En effet, conformément à la réglementation, elles ne peuvent pas être déficitaires, ce qui garantit aux adhérents que leurs engagements seront toujours respectés.

Selon le rapport DREES 2022, 81 % des cotisations sont reversées en prestations santé. Les 19 % restants financent des services essentiels, comme les plateformes de téléconsultation, la prévention bucco-dentaire et les réseaux conventionnés.

Les taxes, telles que la Taxe de Solidarité Additionnelle, représentent désormais un enjeu crucial avec un impact significatif sur les contrats sans aides.

A retenir : 
  • Face à la hausse des dépenses de santé (+6 % en 2023), les mutuelles françaises sont obligées d'augmenter leurs cotisations en 2024.
  • La Mutualité Française réaffirme la nécessité de maintenir leur équilibre financier, tout en rejetant fermement le transfert du risque santé aux générations futures.
  • Les cotisations servent principalement à financer les remboursements des soins, les services des mutuelles et les taxes.