Au début de cette année 2020, plusieurs patients membres de l’association Diabète et Méchant se sont rassemblés devant le siège de Sanofi pour dénoncer le coût exorbitant de leur traitement. Tout comme l’insuline, de nombreux médicaments affichent aujourd’hui des prix qui dépassent parfois l’entendement et suscitent l’incompréhension du grand public.

L'insuline : un prix élevé inexpliqué

Si l'insuline est prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale en France, ce n'est pas le cas de nombreux pays. Sans une bonne assurance ou une complémentaire santé, il est aujourd'hui difficile pour les familles à revenu faible ou moyen de suivre un traitement.

L'association T1International estime d'ailleurs que

50 % des 400 millions de diabétiques dans le monde n'ont pas accès au traitement.

C'est pour réclamer l'insuline pour tous que les membres de l'association Diabète et Méchant ont brandi leurs banderoles devant le siège de Sanofi.

Dominé par trois laboratoires, à savoir Eli Lilly and Company, Sanofi et Novo Nordisk, le marché de l'insuline a connu une inflation monstre au cours de ces dernières années.


Aux États-Unis, entre 2010 et aujourd'hui, le prix mensuel du traitement est passé de 230 à 730 dollars. Deux sénateurs américains ont ouvert une enquête en 2019 à la suite de cette hausse.

Pour le laboratoire français, l'insuline commercialisée sous la marque Lantus a été vendue 269 dollars en 2018, contre 99 dollars à son lancement en 2010.

Deux millions d'euros pour une injection contre l'amyotrophie spinale

Le traitement le plus cher du monde, une thérapie génique développée par Novartis pour lutter contre une maladie génétique rare, l'amyotrophie spinale, est proposé à deux millions de dollars. Dénommé Zolgensma, cette injection unique permet de guérir l'atrophie des muscles liée à l'aberration génétique.

Alain Fischer, médecin immunologue, lauréat du prix Sanofi/Pasteur, a manifesté son indignation lorsque les parents d'un bébé belge atteint par la maladie ont dû recourir à un appel à l'aide pour financer l'injection.

Au début de l'histoire du vaccin, le laboratoire Généthon a déposé le brevet et signé un accord avec la start-up américaine AveXis pour la licence de production. C'est à la suite de cette alliance que le géant helvétique a acheté l'entreprise américaine pour plus de 7 milliards d'euros.

Novartis a une nouvelle fois provoqué la polémique en organisant un tirage au sort pour l'obtention du vaccin. Les pratiques opaques et les profits titanesques engrangés par les grands laboratoires contribuent à susciter la méfiance du public.