Avec la crise liée au coronavirus, le numérique semble se rapprocher davantage du secteur santé. Ainsi, l’Union européenne prévoit la création d’une plateforme destinée à l’échange de données médicales entre les pays membres. Ce dispositif garantira une meilleure continuité des soins quand le citoyen européen voyagera dans un autre État de l’Union.

Outre le bilan humanitaire dramatique, la pandémie du Covid-19 a également entraîné des bouleversements d'un point de vue organisationnel. Dans l'Hexagone entre autres, la mutuelle santé et l'Assurance maladie prennent désormais en charge les téléconsultations médicales. Ce qui a contribué à la hausse des patients qui recourent à cette alternative.

Au cours du semestre dernier, environ 4,5 millions de consultations ont été effectuées sur la plateforme Doctolib. Ce qui représente une explosion de 45 fois sur les statistiques d'avant. De l'autre côté de la Manche, le même phénomène a été observé. Le nombre de médecins qui offrent cette possibilité est passé d'une centaine à plus de 3?000.


Les outils de télésurveillance se multiplient dans le secteur

Avec la pandémie, de plus en plus d'applications voient le jour afin d'améliorer la gestion de la santé. À ce sujet, la société américaine CarePredict a développé TouchPoint. Destinée à la surveillance à distance des activités liées au bien-être, cette application s'adresse surtout aux plus âgés. Elle envoie une « notification push » aux membres de leur Care Circle si jamais des irrégularités sont observées dans leur conduite. Cela se traduit notamment par une perturbation de leur sommeil, une hausse du comportement sédentaire, des repas manqués, etc.

Dès lors, leurs familles auront une vision globale de leur état de santé. Ainsi, elles pourront leur apporter la meilleure assistance en cas de besoin. Sur ce point, le bracelet intelligent Tempo détecte la majorité des chutes. Il avertit par la suite l'entourage de la personne. Dans de telles circonstances, cette dernière peut également communiquer avec ses proches en appuyant sur le bouton de l'objet connecté.

Les pays de l'Union européenne repensent leur système de santé

Au niveau institutionnel, des mesures ont également été prises. Aussi l'UE prévoit-elle la mise en place de deux services afin d'assurer la continuité transfrontalière des soins. Il s'agit de la dispensation et de l'ordonnance électronique. Pour un citoyen européen en déplacement dans un autre pays de l'Union, elles faciliteront l'achat de médicaments.


Concrètement, cela découle de l'échange de données entre l'État de résidence et celui visité. Ce flux peut par ailleurs se faire avec le dossier du patient. Celui-ci sera traduit dans la langue du pays de séjour et fournira aux professionnels locaux des informations telles que :

  • Ses interventions chirurgicales antérieures ;
  • Ses allergies ;
  • Les médicaments prescrits par son médecin traitant, etc.

En vue de l'aboutissement de ces opérations, une infrastructure de services numériques dénommée eHDSI sera créée. Cette année, ce dispositif sera graduellement mis en œuvre dans 22 États. Parmi eux, on peut citer la France, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie.