L’heure est grave dans la région de Sydney, en Australie. Cette zone est ravagée par de violents feux de forêt depuis quelques mois. Les fumées toxiques qui en résultent dégradent fortement la qualité de l’air, ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé de la population. La coalition des professionnels de la santé qualifie la situation d’« urgence sanitaire ».

Lutte contre la pollution atmosphérique

Les fumées toxiques causées par les incendies impressionnants qui sévissent dans l’est de l’Australie depuis septembre ont des effets néfastes sur la santé des habitants. Dans un communiqué, une vingtaine d’organisations professionnelles des médecins regroupant 25 000 médecins lancent un appel aux autorités pour prendre des mesures concrètes contre la pollution de l’air.

En effet, le communiqué indique que

« Le niveau de pollution atmosphérique jugé le plus dangereux a été largement dépassé (onze fois plus élevé) dans certaines zones ».

Il précise que

« La fumée est très nocive pour la santé puisqu’elle contient un haut taux de particules fines PM 2,5 ».

La demande d’assistance respiratoire en hausse de +80 %

La persistance des fumées toxiques dues aux incendies particulièrement violents fait exploser la demande d’assistance respiratoire.

« Pendant une semaine (du 4 au 11 décembre), le nombre de personnes qui suffoquaient se présentant aux urgences a bondi de près de +50 % par rapport à une moyenne calculée sur cinq ans »,

Selon les services de santé de l’État.


Un pic de +80 % a été atteint le 10 décembre, car l’air était devenu pratiquement irrespirable dans la grande ville australienne.

À noter qu’en France, ces maladies sont prises en charge par l’assurance santé.

Le changement climatique au cœur des débats

Le 11 décembre, quelque 20 000 personnes sont montées au créneau. Ces dernières ont tenu de grandes manifestations pour inciter le gouvernement à prendre des engagements plus concrets en matière de changement climatique.

Le communiqué de la coalition des professionnels de la santé souligne que

« Des actions doivent être mises en place pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ».

Il déclare également que

« Le changement climatique constitue un facteur d’aggravation pour ces incendies violents ».

Le Premier ministre australien reconnaît enfin que ces incendies dévastateurs sont en effet une des conséquences du changement climatique.

Il soutient que

« L’Australie a fait de nombreux efforts en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

Pour le moment, aucune mesure concrète n’est envisagée pour combattre le changement climatique.