Le coronavirus circule toujours dans le département réunionnais avec un taux d’incidence d’environ 141 cas pour 100 000 habitants. Avec l’arrivée des vacances d’été, accompagnée d’une augmentation du trafic aérien, SPF redoute la pénétration du variant delta sur l’île. Pour prévenir une nouvelle vague de Covid, les autorités procèderont à une surveillance du virus à partir de juillet prochain.

Trois variants du SARS-CoV-2 jugés préoccupants ont jusqu'à présent fait l'objet d'analyses à La Réunion. Présents actuellement sur l'île, ceux-ci portent sur le 501Y.V3 (brésilien) 501Y.V2 (sud-africain), et le 501Y.V1 (britannique). Sur ce point, la souche découverte en Afrique du Sud reste celle qui circule le plus dans le département.

Dorénavant, les mutations spécifiques du coronavirus qui influent sur la réponse ou la transmission immunitaire seront examinées. En cause, Santé publique France a évoqué dans son dernier point épidémiologique hebdomadaire une éventuelle émergence du variant delta sur l'île. L'organisme affirme qu'avec cette démarche, les laboratoires seront capables de cribler l'intégralité des tests positifs.


Un suivi de près pendant les prochaines vacances

Une opération destinée à identifier la souche originaire d'Inde, 60 % plus contagieuse que la variante découverte en Angleterre. En parallèle, les acteurs concernés continueront à repérer celles en provenance du Brésil ou de l'Afrique du Sud. Afin d'éviter une nouvelle vague épidémique à La Réunion, les autorités surveilleront la mutation indienne de manière rigoureuse durant les vacances d'été. Pour information, l'île compte plus de 66 % d'individus non vaccinés parmi ceux éligibles à la campagne.

D'après SPF, l'arrivée des vacances entre le mois de juillet et août constitue un contexte favorable à :

L'introduction et la diffusion sur le territoire de nouveaux variants par des voyageurs infectés.

Relativement à cela, l'on assiste actuellement à une reprise du trafic aérien. D'autant plus que toutes les restrictions liées à ce dernier ont été abrogées pour les personnes immunisées. D'ailleurs, l'organisme national de santé publique a souligné :

La circulation de variants plus transmissibles participe à la propagation du virus et dans un contexte de levée progressive des mesures de restriction et de relâchement des gestes barrière de moins en moins respectés.

Une situation qui nuirait d'une manière ou d'une autre, notamment aux mutuelles santé du secteur.

Un taux d'incidence élevé

Les autorités sanitaires révèlent que 1 237 tests positifs ont été mis au criblage entre le 5 et le 11 juin 2021. Dans les résultats, une mutation du coronavirus a été détectée dans plus de trois quarts de ces analyses. La majeure partie d'entre elles faisait état d'une présence de 501Y.V2. Dans les détails, 960 dépistages étaient concernés par un variant. En ce sens, le taux de mutation identifié est de 78 %. Soit une évolution de +5 points sur les sept derniers jours.

Sur la même période de référence, l'incidence affichait un taux légèrement supérieur à 141 cas pour 100 000 habitants. Huit personnes décédées et 1 206 nouvelles contaminations ont été recensées. Dans les établissements hospitaliers, 30 lits de réanimations sur les 117 sont occupés par des malades du coronavirus. 64 patients se trouvent en service médecine Covid. Sur 28 500 dépistages effectués, 4,2 % se sont soldés par un résultat positif au SARS-CoV-2.