En France, le mode d’alimentation constitue un enjeu de taille pour ce qui est de la santé publique. L’agence nationale qui traite de la question avance que la situation demeure délicate bien que l’Hexagone affiche de meilleurs résultats que ses voisins européens. Ainsi, une nouvelle campagne de sensibilisation a été mise en place.

Selon les chiffres de Santé publique France, les adultes français sont 32 % à être en surcharge pondérale et 17 % à être atteints d’obésité. L’établissement public incite ainsi les populations à adopter de bonnes habitudes alimentaires, sans toutefois se priver des plats qu’elles apprécient.

Les préconisations de l’Agence nationale de santé publique ont été dressées par un comité de spécialistes dans leur domaine. Quelles sont les nouvelles recommandations qui permettront d’entamer un changement progressif de l’alimentation ? En tout cas, Anne-Juliette Serry, qui s’occupe de l’Unité Alimentation et Activités physiques, souligne qu’il est important de s’adapter au rythme de chaque personne.


Manger sans se priver de ses plats favoris est possible

Santé publique France conseille de se nourrir plus fréquemment de légumes secs. Quant aux féculents, il s’agit de privilégier ceux dont les apports sont complets, comme les pâtes et le pain complet. D’ailleurs, ces derniers s’avèrent riches en fibres. Telles sont les nouveautés pour cette année. Pour l’heure, 85 % des Français n’inscrivent pas les légumes secs dans leurs habitudes alimentaires. Par ailleurs, 60 % des adultes ne consomment pas de féculents complets.

Concernant le régime alimentaire à suivre, il est question de diminuer la consommation de nourritures et de boissons salées ou sucrées, tout comme la viande et la charcuterie. D’autre part, il est conseillé de se tourner vers des fruits et légumes de saison qui n’ont pas été importés, ainsi que des produits bio. Quant aux produits laitiers, ils peuvent être consommés modérément. Dans la mesure du possible, Santé publique France préconise de privilégier les plats faits maison.

Toutes les catégories sociales doivent faire attention à leur hygiène de vie

Hormis les activités sportives consistant à maintenir l’équilibre et à tonifier les muscles deux fois dans la semaine, les exercices dynamiques sont aussi recommandés par l’agence. Dans l’idéal, une personne doit s’y mettre pendant une trentaine de minutes, la sédentarité contribuant à la prise de masse graisseuse.


Cette hygiène de vie est censée s’accompagner d’une diminution de la consommation de boissons alcoolisées. Un individu ne doit pas dépasser les deux verres dans une journée. Cependant, si une personne tombe dans la dépendance, elle peut se faire entièrement rembourser par la Sécurité sociale lorsqu’elle se fait traiter. Dans ce cas, elle n’a nullement besoin de demander un devis mutuelle.

Les conseils de Santé publique France concernent toutes les catégories sociales même si l’agence observe, depuis quelques années, des disparités en matière d’apports nutritionnels, en fonction notamment des revenus.