Dans une démarche innovante, le gouvernement français consacre la promotion de l’activité physique et sportive comme « grande cause nationale » pour l’année à venir. Simultanément, une expérimentation visant à rembourser les séances d’activité physique adaptée (APA) destinées aux patients traités pour un cancer a été lancée. Les détails dans cet article.

Santé : vers un remboursement de l’activité physique pour les personnes malades

Une initiative nationale majeure

Promouvoir un mode de vie sain et préventif : le gouvernement entend déployer des actions significatives pour encourager la population à adopter une routine sportive régulière.

Dans cette perspective, l'exécutif vient de lancer une expérimentation inédite visant à rembourser les programmes d'activité physique adaptée pour certaines catégories de patients.

Un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2024, validé par le Sénat le 16 novembre, instaure cette mesure pour une période de deux ans. Le financement proviendra du fonds d'intervention régional des agences régionales de santé (ARS).

Ce projet précise que le parcours expérimental inclura des séances d'APA ainsi que des bilans de condition physique.


Un décret à venir fixera les conditions d'application, détaillant les ARS impliquées et les aspects pratiques du parcours. Au terme de l'expérimentation, un rapport d'évaluation sera soumis au gouvernement afin de jauger de l'efficacité et la viabilité de ce dispositif.

Les bénéfices concrets de l'APA

Les effets bénéfiques de l'activité physique adaptée sur la santé des patients, tels que la réduction des complications et l'amélioration de la qualité de vie, sont indéniables,

A souligné la ministre déléguée à la Santé, Agnès Firmin Le Bodo, lors de son discours devant le Sénat.

Néanmoins, malgré la possibilité pour les médecins de prescrire des programmes d'APA depuis 2016, cette approche thérapeutique demeure sous-utilisée.

A fortiori, le manque de prise en charge par l'Assurance maladie des programmes de « sport sur ordonnance » représente un obstacle significatif à la pleine mise en œuvre de l'APA.

Une mesure limitée aux patients souffrant de cancer

Bien que le gouvernement ait initialement envisagé un remboursement de l'APA pour les personnes souffrant de cancer et de diabète, il a finalement restreint cette mesure aux patients atteints de cancer.

Cette décision a suscité des réactions mitigées, notamment celles de Jean-François Thébaut, vice-président de la Fédération des diabétiques, qui a exprimé sa déception face à cette limitation.

L'assurance santé, bien qu'en mesure de financer l'APA, appelle à une concertation des différentes parties prenantes pour garantir l'accessibilité et le remboursement des programmes d'APA.

À retenir
  • Le gouvernement vient de lancer, à titre expérimental, un dispositif visant à financer les programmes d'activité physique pour les personnes souffrant de cancer.
  • Cette initiative ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine de la santé, avec des implications potentielles sur la prévention et le traitement des maladies.