Aujourd’hui encore, il existe de nombreuses maladies graves pour lesquelles les scientifiques ne disposent que de très peu d’informations. Malgré les différentes recherches menées ces dernières décennies, les connaissances sur leurs causes, leurs symptômes et surtout leur traitement restent limitées. C’est notamment le cas de la maladie de Crohn. Néanmoins, une récente découverte pousse à l’optimisme.

Identifier la cause de la maladie pour mieux la contrer

Comment se présente la maladie de Crohn ? Il est assez aisé de répondre à cette question puisqu'il suffit de décrire ce que ressent le malade. Celle-ci se manifeste par de violents maux de ventre, sachant que c'est l'intestin qui subit une inflammation.

Le patient souffre également de diarrhées, de vomissements, de la fièvre, de nausées et même d'une occlusion intestinale. De même, le rectum peut présenter des fissures et des saignements.

Une mutation génétique est à l'origine de cette maladie. Cette mutation entraîne une fragilisation de la paroi intestinale.

Cependant, toutes les personnes présentant cette mutation ne vont pas forcément souffrir de la maladie. Pourquoi ? C'est à cette question que les scientifiques ont tenté de répondre depuis un certain temps maintenant.

Quelques éléments de réponse semblent apparaître grâce à une récente étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine Grossman de l'université de New York.

D'après cette étude, les personnes saines sécrètent, par l'intermédiaire des cellules T, une protéine connue sous le nom d'inhibiteur d'apoptose 5 ou API5 et celle-ci a pour rôle de contrer les attaques subies par les cellules de la paroi intestinale.

Mais la sécrétion de ladite protéine peut être perturbée par un virus de type norovirus. Dans ce cas, les cellules intestinales se retrouvent de nouveau exposées et vulnérables. Cette conclusion permet de mettre en exergue le rôle capital que joue l'API5 dans la lutte contre la maladie. Les chercheurs ont donc dans l'idée de concevoir un médicament à base de cette protéine .


Bientôt un traitement efficace ?

L'heure est encore à l'expectative, mais les auteurs de l'étude sont plutôt confiants. La prochaine étape annoncée est de déterminer si un traitement par injection est sans risque pour l'homme.

Quoi que puisse être l'issue de l'étude, si le nouveau traitement se révèle efficace, les patients devront se parer à toute éventualité et commencer, par exemple, à demander un devis mutuelle pour une éventuelle souscription. En effet, il se peut très bien que le coût de ce traitement soit élevé.