Les pratiques humaines sont essentiellement à l’origine de la destruction de l’environnement. La pollution devient de plus en plus alarmante, et cela ne date pas d’hier. Avec les fumées des usines et des voitures, la surexploitation des ressources naturelles ou encore la déforestation, le milieu dans lequel vit l’homme se trouve en mauvaise santé. Face à la situation actuelle, les scientifiques soutiennent systématiquement les activités sportives.

Avec la conjoncture environnementale qui s'empire de jour en jour, les scientifiques ont recommandé à l'ensemble de la population de pratiquer régulièrement des activités sportives et cela même dans les localisations polluées. Toujours est-il que l'excellente prévention pour la santé reste toujours de s'écarter des endroits où la qualité de l'air est mauvaise. Quoi qu'il en soit, les pratiques physiques seront toujours bénéfiques pour le corps humain, dont les impacts sur le coût d'assurance santé seront palpables, ce qui évitera alors à l'assuré d'envisager à résilier sa mutuelle. De fait, faire du sport représente un moyen de défense infaillible face à la situation actuelle.


Les activités sportives : une arme assurant son efficacité

Entre le début de la décennie et 2016, une équipe menée par le Docteur Xiang Qian Lao de Hong Kong a réalisé une étude sur 384 130 adultes habitant à Taïwan. Les recherches ont porté sur les avantages des activités sportives régulières ainsi que les méfaits de la pollution sur le danger de décès naturel.

Les résultats des études ont alors permis de conclure que les pratiques physiques ne peuvent, dans tous les cas, engendrer un quelconque inconvénient. Le rapport indique que :

Nous avons constaté qu'un niveau élevé d'exercice habituel et un faible niveau d'exposition à la pollution de l'air étaient associés à un risque plus faible de décès de causes naturelles, alors qu'un faible niveau d'exercice habituel et un niveau élevé d'exposition étaient associés à un risque plus élevé de décès.

Les activités sportives constituent ainsi une arme efficace contre la dégradation de l'atmosphère. D'où elles profitent à l'Homme dans ces circonstances. De plus, la publication récente de Canadian Médical Association Journal a fait savoir que les pratiques physiques prennent le dessus sur la pollution dans le sens où elles font diminuer les dangers liés aux décès naturels. À ses allégations, le scientifique, qui a mené les recherches, a expliqué que :

L'exercice habituel réduit le risque de décès quelle que soit l'exposition à la pollution atmosphérique, et la pollution de l'air augmente généralement le risque de décès indépendamment de l'exercice habituel. Ainsi, l'exercice habituel devrait être promu comme stratégie d'amélioration de la santé, même pour les personnes résidant dans des zones relativement polluées.

Prise en compte de la qualité de l'air

Par ailleurs, une alternative aussi conseillée est de mettre en harmonie ses pratiques au même degré que la pollution. Comment ça marche ? Il suffit de se munir d'application mobile capable de mesurer la qualité de l'air sur son smartphone. Le directeur général de la société R-Pur a fait entendre que :

Des applications de mobiles existent et prennent en compte différents paramètres comme la météo et l'hydrométrie pour calculer et anticiper les futurs pics. Il faut également s'écarter au maximum des sites pollués. Des heat maps sont disponibles en ligne pour savoir où ils se trouvent.

Ainsi, même dans un contexte où l'atmosphère se trouvait en bonne santé, les pratiques physiques demeurent indispensables aux humains. Mais les circonstances actuelles poussent davantage ces derniers à s'y mettre coûte que coûte.