Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale et les ressources financières qui y seront consacrées vont être débattus très prochainement au Parlement. L’occasion pour le député Cyrille Isaac-Sibille de lâcher quelques indices portant notamment sur la tournure que devraient prendre les évènements lors d’une interview accordée à Capital.

Comme chaque année, la problématique du budget qui sera alloué à la Sécurité sociale va être débattue au Parlement. Le député Cyrille Isaac-Sibille vient d'être nommé rapporteur de la partie assurance vieillesse du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour l'année 2021. Il a accordé un entretien à Capital où il détaille plus des objectifs fixés, des fonds qui y seront consacrés et d'éventuelles coupures.

Le budget qui sera alloué au PLFSS de cette année fait d'autant plus parler compte tenu de la crise sanitaire et des milliards d'euros de pertes qu'accuse l'Assurance maladie. De plus, une rumeur se fait de plus en plus persistante, disant que la mutuelle senior pourrait en être impactée.


Un milliard d'euros de budget alloués aux autonomies

La première question posée par Capital au député Cyrille Isaac-Sibille était liée aux ressources financières qui seraient attribuées à la Sécu. Ce dernier a indiqué que l'on ne disposait pas encore de chiffres précis, mais qu'il y aurait sans doute une diminution de budgets, conséquence notamment des dépenses maladie supplémentaires et du recul de la masse salariale. Le député a déclaré :

Il va donc être compliqué, dans ces circonstances et sans connaître précisément les chiffres, de savoir quelle teneur aura ce PLFSS.

Quant aux cas des personnes du troisième âge, ce dernier souhaite :

Faire le lien entre la santé au travail, la prévention, la retraite et l'autonomie.

Capital, lui, a fait remarquer qu'Olivier Veran, le ministre des Solidarités et de la Santé, avait d'ores et déjà indiqué que le futur budget consacré aux autonomies s'élèverait à environ un milliard d'euros. La question qui se pose est donc : à quoi précisément serviront ces fonds ? Cyrille Isaac-Sibille a répondu qu'il comptait utiliser une partie de ces ressources financières à la revalorisation des métiers liés au grand-âge.

À savoir que ces emplois ne sont pas toujours appréciés à leur juste valeur, comme en témoigne la récente polémique où certains de ces professionnels avaient été exclus du programme de prime du covid-19. Mais le député a affirmé que ces fonds serviront également à la prévention et au vieillir en bonne santé, il a indiqué à ce sujet :

Si le personnel est mieux formé sur la prévention, ce sera forcément un gain pour les personnes âgées. Le rôle de ce PLFSS sera aussi d'amorcer la pompe pour le financement de la future loi sur le grand âge et l'autonomie.

Faire des économies sur les retraites

Les problématiques liées aux pensions de retraite ont aussi été abordées au cours de cet entretien. Cyrille Isaac-Sibille a indiqué qu'il serait sans doute difficile d'effectuer une revalorisation de toutes les pensions au même niveau, les évolutions pourraient être différentes. Pour mener à bien tous les objectifs de la Sécu, il faudra trouver d'autres sources de revenus, les pensions constitueront donc l'un d'eux.

Mais la mutuelle senior ne sera pas suffisante, il faut trouver d'autres sources de revenus. Le député a indiqué qu'un rapport sur la fraude sociale devrait bientôt lui parvenir au mois de septembre, une fois ce document en main, on pourra juger des autres thèmes sur lesquels on pourrait réaliser des économies. Mais Cyrille Isaac-Sibille a également déclaré :

Nous allons aussi devoir attendre le rapport de Laurent Vachey, qui doit être remis le 15 septembre, sur la préfiguration de la 5e branche de la Sécurité sociale pour estimer les réels besoins et réfléchir à la façon de trouver un équilibre entre le financement de l'autonomie et de la retraite

En outre, il y a encore beaucoup d'éléments manquants pour parvenir à statuer formellement sur le PLFSS 2021. Le député a conclu en évoquant la nécessité de mettre en place une cotisation qui s'étendrait à tout le monde, y compris les jeunes.