Les services fournis par les Centres municipaux de santé sont enrichis grâce au partenariat avec AP-HP

À l’heure actuelle, aucun autre partenariat ne présente les mêmes avantages que celui passé entre les maisons médicales de Gennevilliers et l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). D’emblée, il est clair que le manque de praticiens dans la région Île-de-France handicape la qualité des améliorations du bien-être procurées aux malades.

Aujourd’hui, un grand nombre de modifications sont exécutées progressivement dans le but de changer le cours des choses. En fin de compte, l’objectif de cette fusion est de simplifier le contact entre tous les acteurs, dont le patient, le généraliste en charge de la consultation, le personnel au niveau des centres ainsi que les intervenants professionnels.


Une union qui profite aux patients

Depuis la première signature passée entre l’AP-HP et le CMS gennevillois, quelques réorientations de ses offres et services ont été réalisées par ce dernier. En tout cas, la raison d’être de l’association est de concorder les actions réalisées par les deux établissements pour que les mal portants puissent tirer profit de chaque situation. À Guirec Loyer, un généraliste à Gennevilliers, d’appuyer :

« C'est la seule solution pour avoir accès à des spécialistes en ville et la même qualité de soins que dans un CHU. C'est aussi un moyen de lutte contre les inégalités ».

Malgré la souscription à des dispositifs comme la mutuelle obligatoire, il est impossible d’accéder à tous les éléments nécessaires sans la présence des maisons médicales à la hauteur de tous les besoins. Par ailleurs, prendre contact avec un médecin spécialisé dans une branche donnée s’avère être un parcours semé d’embûches avant l’existence de cette convention.

Grâce à cette dernière, les docteurs travaillant au sein du pôle Louis-Mourier se chargent des patients qui consultent au niveau du CMS. Dans le cadre de ce partenariat, les malades peuvent bénéficier des services des deux acteurs en même temps sans pour autant être victimes d’une lourdeur de procédure administrative.

Des améliorations au niveau des prestations

L’intérêt principal de l’accord entre les deux protagonistes susmentionnés est de modifier la structuration des formules de soins présentées par le CMS. Dans un premier temps, les seniors seront avantagés par des traitements plus personnalisés. Ils sont assurés tant par les agents du centre de santé que par le personnel de l’hôpital.


Par ailleurs, un système plus optimal est mis en place pour que les personnes âgées puissent bénéficier des mêmes thérapies en restant à leur domicile au lieu de passer par une hospitalisation. Néanmoins, ce privilège est uniquement destiné à ceux souffrant de dépendance physique.

Les pratiques de mieux-être particulières sont également concernées par ces changements. Entre autres, les soins dentaires se distinguent par une possibilité d’hospitalisation dans un délai de 48 heures si le cas montre la moindre sévérité.

En dernier lieu, le diabète gestationnel et l’obésité morbide sont plus maîtrisés grâce au nouveau système en vigueur.