Nestlé reconnaît que pas moins de 60 % de ses boissons et produits de consommation ne rentrent pas dans la case « sain ». Cela concerne notamment presque la totalité de ses confiseries, glaces et boissons (café non compris). En revanche, la majorité des produits laitiers et des eaux s’avèrent assez bons pour la santé, compte tenu de leur NutriScore.

En matière de nutrition, les instances décisionnaires de la société étudieraient actuellement les nouveaux engagements à adopter. Le nouveau programme qui s'y rapporte devrait être présenté au cours de cette année. Nestlé travaille aujourd'hui sur un projet pour refaire en profondeur sa stratégie sur la santé et la nutrition, affirme son porte-parole. D'après cette dernière, la firme se focalisera d'abord sur la partie de son portefeuille de boissons et d'aliments. Celle-ci pourra être évaluée grâce à des procédés externes sur le profil des éléments nutritifs contenus, rappelle-t-elle.

Dans ce contexte, Financial Times a indiqué que six produits Nestlé sur dix se révèlent malsains.


L'équivalent d'environ 50 % des activités en chiffres d'affaires

Le quotidien économique britannique précise que certains portefeuilles de produits de l'enseigne échappent à ce chiffre. Parmi les exclus figurent entre autres les denrées pour animal de compagnie, la nutrition médicale, les aliments pour enfants, etc. Par rapport au chiffre d'affaires du groupe, cette valeur porterait dès lors uniquement sur environ 50 % de ses activités. À ce titre, la San Pellegrino aromatisée à l'orange semble présenter une très forte teneur en sucre (7 g pour 100 ml). Sur ce point la consommation fréquente de la boisson pourrait favoriser les risques d'obésité, de maladies cardiovasculaires, de diabète… Des problèmes qui pèsent lourd au niveau des établissements de mutuelle santé.

Dans cette optique, Nestlé a dévoilé en début d'année un document interne à l'endroit des cadres de directions. 37 % de ses boissons et produits alimentaires obtiennent plus de 3,5 sur cinq étoiles dans le NutriScore australien, déclare-t-elle. À noter qu'il s'agit d'une proportion en chiffre d'affaires et qui ne comprend ni les compléments nutritionnels ni les denrées pour animaux.

Des besoins de plus en plus exigeants

À titre d'information, le score de 3,5 constitue le seuil jugé comme sain dans ce dispositif de notation. Sur le NutriScore en France, il équivaut à la lettre C. D'après des critères avérés, plus de 60 % des produits commercialisés sous des marques de grande consommation seraient nuisibles à la santé. Cela concerne entre autres Maggi, Nestea, Buitoni, Nescafé, etc.


Dans les détails, 99 % des confiseries et glaces du groupe Nestlé se sont vus attribuer la note D ou E dans le NutriScore français. Pareil pour 96 % des boissons, hors café, et 70 % des produits alimentaires. En revanche, 60 % des produits laitiers ont obtenu la note C, au même titre que 82 % des eaux. Dans ledit document interne, l'on peut lire :

Notre portefeuille est toujours sous-performant par rapport aux critères de santé dans un paysage où la pression réglementaire et les exigences des consommateurs grimpent en flèche.