En France, la quasi-totalité des indicateurs liés à la pandémie du covid-19 affichent une tendance baissière, en témoignent les derniers chiffres publiés par Santé publique France. Le nombre d’hospitalisations et de contaminations journalières a notamment diminué durant les sept derniers jours. Mais la prudence reste de mise, car des cas du variant sud-africain viennent d’être confirmés en France.

La situation épidémiologique continue de s'améliorer en France, tout se passe comme le prévoyaient les autorités sanitaires jusqu'à maintenant et le déconfinement progressif devrait se poursuivre. En appui à cela, Santé publique France vient de dévoiler les dernières données concernant la pandémie du covid-19, relayées pars des sites d'assurance hospitalisation, et il convient d'admettre que plusieurs indicateurs sont au vert.

Tout de même, si la situation épidémiologique tend à s'améliorer dans l'Hexagone, la prudence reste de mise, la pandémie du coronavirus pourrait de nouveau gagner du terrain à cause de l'apparition de cas du variant sud-africain à l'intérieur des frontières françaises.


Cette mutation est réputée être plus contagieuse que la variant britannique alors que ce dernier était déjà réputé comme facilement transmissible.

Les derniers chiffres de la pandémie

La quasi-totalité des indicateurs de la pandémie du covid-19 affiche une baisse par rapport à la semaine précédente. Le nombre de personnes en structures hospitalières se monte à 14 532, contre 16 847 durant la période de référence précédente. De même, les patients en services de réanimation ont également diminué. Ils sont 2 525 personnes à être en réa, contre 3 028 une semaine plus tôt. À noter que le nombre de patients en soins intensifs est estimé à quasiment la moitié des personnes recensées fin avril 2021, le pic de la troisième vague de contaminations au coronavirus.

D'ailleurs, les cas journaliers de contamination sont également à la baisse. Alors que cet indicateur s'élevait à 10 675 il y a une semaine, il ne s'élève plus qu'à 6 654 à l'heure actuelle.

Concernant les décès, Santé publique France a enregistré 58 personnes ayant succombé au covid-19. Le nombre de personnes décédées à cause des complications de la maladie s'établit ainsi à hauteur de 110 000 en France depuis le début de la pandémie.

Enfin s'agissant de la campagne de vaccination, 41,5 % de la population française, soit 27 818 355 personnes, ont reçu au moins une dose du vaccin. Tandis que 18,2 % des citoyens de l'Hexagone ont déjà bénéficié des deux injections. D'ici quelques jours, les 12-18 ans pourront aussi se faire vacciner.


Hausse des cas de contamination au Royaume-Uni

Une nouvelle mutation du covid-19 commence à faire des ravages au Royaume-Uni, il s'agit du variant sud-africain. Ce dernier serait encore plus virulent que le variant local. Outre-Manche, les cas de contamination seront repartis à la hausse ces dernières semaines. Alors que le pays prévoyait une levée des mesures sanitaires le 21 juin prochain, l'apparition de cette mutation menace de contrecarrer les plans du gouvernement qui devrait prochainement statuer sur un éventuel report de cette cessation des restrictions.

Les scientifiques du pays mènent actuellement des recherches sur ce variant sud-africain, mais ils n'ont pour l'heure découvert que quelques données. Les premiers résultats de l'étude suggèrent que cette mutation serait 50 % plus contagieuse et son risque de réinfection est assez élevé. Le risque d'y succomber serait également plus important.

Heureusement, cette mutation sud-africaine du covid-19 pourrait être neutralisée par les vaccins utilisés actuellement. D'ailleurs, le nombre d'hospitalisations reste stable au Royaume-Uni, car les personnes vaccinées seraient moins disposées à développer une forme sévère du virus.

Par ailleurs, 7 cas de contaminations au variant indien sont enregistrés à l'heure actuelle sur le territoire hexagonal. Mais ces personnes seraient étroitement surveillées selon les autorités sanitaires. Ces dernières ont rajouté qu'elles ont déjà déployé des mesures de traçage afin d'identifier les cas contacts.