D’après le ministre de la Santé, les soignants en Ehpad font preuve de résistance à l’égard de la vaccination contre le SRAS-CoV-2. La proportion de salariés touchés par la campagne s’élève aujourd’hui à moins de 50 %. Face à cette situation, Olivier Véran envisage d’imposer l’inoculation au personnel de ces établissements.

Pour les ordres professionnels, l'immunisation des soignants contre le Covid relève d'une question d'éthique. Pour ne pas porter atteinte aux autres, cette opération devrait revêtir un caractère obligatoire, estiment-ils. Par rapport à cela, Emmanuel Macron a demandé à tous les acteurs concernés d'étudier l'idée d'imposer la vaccination aux personnels de santé.

Avec une telle stratégie, le ministre de la Santé agit toutefois de manière très précautionneuse. Celle-ci pourrait accentuer la méfiance de certains soignants, déjà terriblement sceptiques quant aux risques et intérêts des vaccins. Une danger évoqué notamment par le dirigeant de l'Association des directeurs au service des personnes âgées.

Un taux de vaccination insuffisant

Face aux récentes déclarations d'Olivier Véran, Romain Gizolme indique que l'obligation pourrait intensifier le manque de soignants en Ehpad. Dans les détails, le ministre a souligné :

Il est éthique de se faire vacciner quand on part travailler au contact de personnes fragiles.

À noter que certains individus âgés et en situation de dépendance ne peuvent pas profiter de la vaccination à cause de leur état de santé. Le responsable politique juge aberrant le taux de vaccination des salariés des maisons de retraite médicalisées. Celui-ci s'établit en effet à un niveau plus faible que celui de l'ensemble des Français (60 %). Olivier Véran précise :

50 % et quelques en Ehpad, ce n'est pas suffisant. On ne prendra pas le risque à la rentrée d'exposer des personnes fragiles et âgées du fait que les soignants ne se font pas vacciner.

Au cours de sa déclaration, il a d'ailleurs mentionné les dangers des variants, plus virulents. Les conditions climatiques, propices à la propagation des germes ont également été évoquées.


Le ministre de la Santé a ainsi rappelé l'ouverture de la vaccination à tous, disposant ou non d'une mutuelle santé.

Une obligation instaurée dès septembre 2021 en cas de besoin

La gratuité de la campagne est garantie, précise-t-il avant d'ajouter que celle-ci se déroule dans des conditions simplifiées. Un appel très solennel a dès lors été lancé pour que les salariés et les employeurs dans les Ehpad y prennent part. Olivier Véran a affirmé qu'il vise une augmentation de la proportion de vaccinés quant au personnel de ces structures. Pour cela, il travaille avec Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée à l'Autonomie. Tout en niant l'idée de fixer un ultimatum ou une date butoir, le locataire de l'Avenue Duquesne a prévenu :

Si d'ici la fin de l'été, ça ne devait pas s'améliorer, oui, nous nous poserions la question d'une obligation vaccinale pour ces publics particuliers.

S'agissant de l'adhésion à la vaccination, elle affiche une forte progression en France. Une situation qui permet à l'Éxécutif de se montrer ambitieux dans la campagne. Le gouvernement prévoit d'atteindre d'ici deux mois la barre des 85 % de vaccinés chez les adultes. Par rapport à cela, 85 % des soignants libéraux opérant en milieu urbain sont déjà immunisés. Un des meilleurs chiffres enregistrés jusqu'ici, d'après Olivier Véran.