Le président de la République serait-il réticent à une réintégration des soignants non vaccinés contre le covid dans les hôpitaux ? Toujours est-il que lorsque la question lui a été posée, il a affirmé que cette décision ne sera pas prise sans la consultation des scientifiques et des responsables de la Santé (médecins et soignants).

Un sujet qu'il ne faut pas politiser

C'est aujourd'hui les partis de l'opposition qui mettent la pression sur le président de la République pour que celui-ci annonce le retour des médecins non vaccinés à l'hôpital. Mais Emmanuel Macron semble hermétique à cette pression et réaffirme que ce dossier ne sera pas politisé.

Autrement dit, l'homme fort de l'Élysée estime qu'à l'heure où le virus du covid n'a pas complètement disparu, il serait imprudent d'autoriser un retour en hôpitaux sans consulter au préalable les chercheurs scientifiques et les médecins. Eux seuls sont les mieux qualifiés pour évaluer les risques inhérents à cette réintégration.

D'autres avis comme ceux de la Haute autorité de santé (HAS), du Comité consultatif national d'éthique ou du Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars) sont également attendus.

Il faut aussi signaler que, même s'il n'y a pas encore lieu de tirer la sonnette d'alarme, le nombre de contaminations au coronavirus est malgré tout en train de repartir à la hausse. D'où la prudence affichée par le chef d'État qui, selon toute vraisemblance, ne souhaite pas endosser la responsabilité d'une autre vague de contaminations et de la compromission de l'immunité collective.

Le vaccin continue de diviser

L'opinion publique demeure très divisée quant aux différents vaccins, et plus particulièrement celui contre le covid-19.

Cette divergence se manifeste jusqu'au niveau du personnel soignant. Bon nombre de professionnels de la santé ont pris position de ne pas se faire vacciner. Ce qui leur a valu une exclusion des établissements de soins.

Mais cette mise à l'écart n'a pas été sans conséquence sur la population puisqu'inévitablement, cela a engendré une pénurie de soignants.

Une période délicate pour les particuliers

Certes, l'inquiétude suscitée par le covid-19 n'est plus la même qu'au plus fort de la pandémie, mais la période actuelle peut être fortement anxiogène pour les ménages, notamment à cause de cette pénurie de médecins.

Le mieux est encore de se préparer à toutes éventualités, de soigner les maladies saisonnières, mais également de souscrire une mutuelle santé, histoire d'anticiper de fortes dépenses en médicaments et en hospitalisation.

À retenir :

  • Emmanuel Macron refuse de se prononcer sur le retour des soignants non vaccinés dans les centres de soins.
  • Le président de la République s'en remet aux scientifiques (chercheurs et médecins).