Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue la semaine dernière, les professionnels de santé regroupés au sein de SOS Médecins France ont décidé de poursuivre leur mobilisation pour demander la revalorisation des tarifs des visites à domicile. Cette fois-ci, ils ont décidé de suspendre complètement leurs activités pendant 48 heures au lieu de 24 heures comme la dernière fois.

Fermeture imminente

Christophe Marchenay, président de SOS Médecins à Cherbourg, a rapporté que

Le tarif pour les consultations à domicile s'est figé à 35 euros depuis 2002.

La fédération demande ainsi une hausse de 57,60 euros. Dans le cas échéant, les activités seront interrompues.

Cette manifestation a commencé le 15 septembre avec la cessation des visites dans les institutions. Aujourd'hui, le mouvement se poursuit et les professionnels de santé se font davantage entendre.

Pendant la journée nationale de mobilisation du 27 septembre, tous les médecins sans exception dans toutes les structures SOS ont arrêté de travailler, soutenus par les patients et les citoyens.


Depuis début octobre, les visites ont été interrompues de 8 heures à 20 heures en jour ouvrable et de 8 heures à 12 heures le samedi. Cette fois, les médecins de fédération ont décidé d'un commun accord d'arrêter les activités pendant 48 heures au cours des prochaines semaines.

La transmission des données épidémiologiques à Santé Publique France sera de même suspendue pour une durée d'un mois.

Une sensibilisation sur le risque de disparition de la visite à domicile dans l'Hexagone est également prévue auprès des citoyens recourant aux services de SOS Médecins (6,5 millions d'appels par an).

Vous vous demandez certainement si l'Assurance Maladie rembourse une consultation SOS Médecins ? Sachez que la prise en charge de la Sécu s'élève à hauteur de 70 % du tarif de base.

Le gouvernement reste sourd aux revendications de la fédération

Actuellement, la fédération se lance dans les discussions avec la caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) et le gouvernement.

Selon Christophe Marchenay, les instances dirigeantes restent inflexibles face à leur demande.

La fédération est dans l'attente d'une proposition de solution depuis un mois. Il poursuit que

Cette absence de réaction de leur part est vécue comme un véritable affront et laisse penser qu'elles n'ont pas besoin des services de SOS Médecins.