Au cours des deux années pendant lesquelles le covid-19 a bouleversé le monde entier, de nombreux pays avaient présenté des remèdes et traitements en tous genres pour soigner les malades. Mais la Suisse n’en faisait pas partie. Aujourd’hui, elle vient de se lancer dans la course en signant une collaboration avec quatre laboratoires spécialisés dans la biopharmacie.

Quatre traitements sont en cours d'étude

Un programme qui permettra à la Confédération helvétique de prendre part activement à la lutte contre le covid-19 est en cours de lancement.

Quatre firmes spécialisées dans la biopharmacie locales ont été sélectionnées pour mener les recherches :

  • GeNeuro ;
  • Kinarus ;
  • Memo Therapeutics AG ;
  • Noorik Biopharmaceuticals.

Quatre projets de traitement seront donc menés en parallèle :

  • La production d'un anticorps monoclonal pour traiter le Covid long (GeNeuro) ;
  • Une association médicamenteuse orale à activité antivirale et anti-inflammatoire pour les aspects sévères de l'infection (Kinarus) ;
  • La mise au point d'un anticorps monoclonal, administrable par inhalation ou intraveineuse, pour les patients susceptibles de développer une forme sévère de l'infection (Memo Therapeutics AG) ;
  • La production d'un vasodilatateur pulmonaire oral prévu pour prévenir l'insuffisance respiratoire et diminuer le besoin de ventilation mécanique en cas d'hospitalisation (Noorik Biopharmaceuticals).

À noter qu'actuellement, les traitements du covid sont pris en charge en même temps par l'Assurance maladie et la complémentaire santé des patients. Trouver une mutuelle pas chère pour le remboursement des soins s'avère ainsi essentiel.


Lancement sur le marché vers fin 2022

D'après l'Office fédéral de la santé publique, ces traitements devraient être commercialisables d'ici la fin de l'année 2022.

Jesús Martin-Garcia, le PDG de GeNeuro, s'est réjoui de la subvention accordée par le gouvernement suisse.

Cette entreprise spécialisée dans les traitements contre les maladies neurodégénératives et auto-immunes a reçu 6,7 millions de francs suisses pour financer un essai clinique de Phase 2 pour son traitement baptisé Temelimab auprès de patients atteints de Covid long.

Ces projets devraient permettre de relancer l'industrie pharmaceutique du pays actuellement dominée par deux principaux acteurs : Novartis et Roche.

Les laboratoires de plus petite taille commencent à se frayer une place importante sur le marché avec des exportations évaluées à 116 milliards de francs suisses en 2020.