Le corps humain développe naturellement des mécanismes complexes afin de combattre les agressions extérieures. Ceux-ci sont d’autant plus indispensables à l’approche de la période hivernale. Selon les spécialistes, il faut les surveiller constamment et les entretenir pour maintenir l’équilibre de l’organisme. Pour préserver ces systèmes, il est nécessaire de respecter une certaine hygiène de vie.

Dès le début de l’hiver, le système immunitaire est fortement sollicité à cause de la promiscuité dans les bureaux et les transports publics favorisant les épidémies virales (gastro-entérite, varicelle, grippe, etc.). Ce dispositif naturel est supposé protéger l’organisme des attaques externes (particules fines, substances toxiques, piqûres d’insectes ou encore infection bactérienne, virale, fongique, etc.) et des dérèglements internes (cancer).

Le fonctionnement du système immunitaire se révèle impressionnant même s’il tend à s’affaiblir avec l’âge. D’ailleurs, cela fait à peine une soixantaine d’années que les scientifiques se sont rendu compte de son importance. Certains parlent d’un super ordinateur intégré tandis que d’autres évoquent une merveille de sophistication dans l’organisme.


Portée du facteur environnemental

Le bagage immunitaire de chaque individu permet d’expliquer son niveau de vulnérabilité par rapport à une maladie en particulier. D’après l’allergologue Madeleine Epstein :

« Même chez de vrais jumeaux, l'immunité n'est pas la même. L'un pourra souffrir d'allergie et l'autre pas ».

Ce phénomène a pu être partiellement expliqué depuis 2005. Concrètement, même chez les vrais jumeaux, les différences épigénétiques font que les gènes de chaque sujet ne s'expriment pas de la même manière dans une même situation, comme l’exposition au pollen par exemple.

Comme le note l’allergologue :

« C'est ainsi que chez l'un, le pollen sera reconnu comme un ennemi, alors que chez l'autre, il sera perçu comme ce qu'il est, inoffensif ».

Selon plusieurs études, les facteurs environnementaux (maladies chroniques, habitudes nutritionnelles, pollution de l’air, activité physique, consommation d’alcool, de tabac ou de médicaments, etc.) peuvent être à l’origine de l’apparition et du développement de troubles allergiques tels que l'asthme ou les maladies auto-immunes.

Le cas particulier des jumeaux permet de mettre en lumière la nature complexe du système immunitaire. Il s’agit en effet d’un puzzle que les scientifiques ont du mal à décrypter. D’ailleurs, ils ne sont toujours pas capables de savoir combien d’éléments entrent en jeu dans le dispositif de défense du corps humain.


Même s’ils parviennent à franchir les premières lignes de défense représentée par les muqueuses et la peau, les corps et autres organismes étrangers se feront intercepter par les globules blancs pour les empêcher d’affecter l’organisme. Ces cellules se multiplient pour combattre ces envahisseurs et peuvent éventuellement entraîner des symptômes visibles comme de la fièvre, des éruptions cutanées, etc.

Un système encore à explorer

Sur un comparateur mutuelle, les offres présentées au client peuvent parfois varier en fonction de ses allergies et de l’état de son système immunitaire en général. Ces paramètres déterminent en effet sa sensibilité par rapport à divers facteurs extérieurs, tels que les épidémies ou les changements de saison. Toutefois, même ces différents éléments restent encore énigmatiques pour la communauté scientifique.

Selon l’allergologue Madeleine Epstein :

« En fait, on est en train de le découvrir, ce système ne fonctionne pas seul. Il interagit avec un autre, la flore intestinale, ce vaste monde de 10 milliards de bactéries qui peuplent notre muqueuse intestinale, là où est dégradée notre alimentation ».

Le mystère reste encore entier concernant la nature de cette interaction ou de l’ampleur de la collaboration entre ces microorganismes et le système immunitaire. De nombreux chercheurs pensent néanmoins que la flore intestinale est le premier régulateur de l’immunité. Cela dit, ils n’ont fourni aucun détail sur cette relation. Dans tous les cas, les médecins incitent à la plus grande prudence en la matière.


Comme le souligne Madeleine Epstein, médecin spécialisée en allergologie :

« Cela ne sert à rien de se bourrer de probiotiques, ces comprimés vendus à grand renfort de marketing censé améliorer la flore intestinale, dans certains cas, c'est même périlleux ».

En somme, l’immunité est surtout déterminée par le patrimoine génétique de chacun. Elle prend le relais du système de défense de la mère après les 4 premiers mois de la vie d’un bébé et se développe progressivement au fil des expositions aux agressions physiques, bactériennes, virales, etc.