Ces vaccins anticancer ont été conçus pour limiter les risques de rechute après un premier traitement. Ils agissent localement en s’attaquant aux cellules cancéreuses. Ils sont actuellement en phase d’essais cliniques et des adaptations devraient encore avoir lieu. Néanmoins, les premiers résultats montrent des signes encourageants quant à leur potentiel.

La biotech française Transgene travaille ces derniers mois sur des vaccins personnalisés destinés aux patients souffrant de cancer. Ils devraient aider à éliminer les cellules cancéreuses qui peuvent se développer après un traitement. Un communiqué a été réalisé récemment concernant leur efficacité. Les résultats proviennent des essais cliniques et les indicateurs seraient plutôt positifs. Les travaux devraient se poursuivre avec d'autres étapes à franchir d'ici 2023. En attendant, les investisseurs semblent déjà séduits comme ce qui est le cas d'AstraZeneca. Ce dernier vient d'investir 8 millions d'euros dans le projet en échange d'une licence sur l'un des produits. 5 autres restent disponibles.


Les essais cliniques sont en cours

Les investissements réalisés par AstraZeneca sont loin de ceux que réussissent les autres biotechs. Ils représentent toutefois un début pour Transgene qui espère pouvoir avancer avec les prochains travaux. De plus, la biotech française ne travaille pas uniquement sur un seul vaccin.

Le vaccin TG4001 fait partie des produits de ses recherches, conçu pour traiter les cancers provoqués par le papillomavirus. Il passe les essais cliniques de phase II actuellement et les résultats intermédiaires devraient sortir au 4ème trimestre 2022. La biotech se trouve aussi à l'origine d'une technologie novatrice qu'elle a appelée Invir. Celle-ci s'appuie sur des virus oncolytiques qui aident à tuer les cellules cancéreuses. Pour ce faire, ils commenceront par se multiplier avant de s'attaquer à ces dernières.

Le premier vaccin mis au point dans ce cadre a été baptisé BT001. Il a été soumis à un essai de phase I en 2021 et devrait être actualisé au 2ème trimestre 2022. Le second, le TG6002, lui, serait à un stade plus avancé. Transgene indique pouvoir obtenir les résultats de l'essai de phase I mi-2022.

Les travaux de recherche menés devraient permettre de réaliser des avancées dans le traitement du cancer. À terme, ces remèdes pourront s'ajouter aux prestations prises en charge par la mutuelle. Les patients peuvent aujourd'hui demander un devis mutuelle pour obtenir une estimation du coût avec les traitements existants.

Les cellules saines protégées

Le vaccin TG4050, lui, a passé un essai de phase I pour le traitement du cancer du cou et de la tête ainsi que celui affectant les ovaires. Il s'agirait du vaccin le plus complexe et qui se démarque davantage des autres traitements.

Les solutions mises au point par Transgene sont des vaccins personnalisés développés sur-mesure. Ils sont censés éviter les rechutes pour les patients qui ont déjà réalisé un premier traitement. Ils les aident à améliorer les actions du système immunitaire en fournissant à l'organisme les antigènes dont il a besoin. Le processus se fait à l'aide d'un virus présent dans le remède. Il intervient directement sur les cellules cancéreuses et préserve celles qui sont saines.

Les travaux sont menés dans les laboratoires situés dans le Bas-Rhin. Pour rappel, Transgene est rattachée à l'institut Merieux. Elle parle de résultats prometteurs au stade actuel. Une mise à jour doit bientôt avoir lieu à l'occasion du Congrès international de la cancérologie. Elle projette également d'entamer les essais de phase II pour 2023.