Le lancement de la campagne de vaccination nationale contre la grippe saisonnière a eu lieu le mardi 15 octobre. Ce qui change, c’est que les pharmaciens formés sont désormais autorisés à administrer gratuitement les injections. Pour le moment, ces dernières ne sont proposées qu’aux personnes les plus vulnérables. L’objectif de cette campagne est d’accroître la couverture vaccinale.

Les conditions d’éligibilité

La vaccination est réservée aux personnes à risque, à l’instar :

  • des personnes âgées de 65 ans et plus ; 
  • des femmes enceintes ; 
  • des personnes souffrant d’obésité sévère ; 
  • des patients atteints de pathologies chroniques (maladies respiratoires, cardiovasculaires, diabète...).

Celles-ci doivent se présenter avec le bon de prise en charge remis par la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie).

7 pharmacies sur 10 peuvent vacciner

Depuis quelques jours, les personnes fragiles peuvent se faire vacciner dans 75 % des pharmacies sarthoises qui ont été enregistrées auprès de l’Agence régionale de santé.

Dans les semaines à venir, ce chiffre pourrait s’accroître puisque d’autres établissements sont en train de déposer leur dossier.


Jusqu’à récemment, seuls les médecins et les infirmiers étaient habilités à pratiquer l’injection.

Testé depuis deux ans dans quatre régions, le dispositif a apporté des résultats probants et est désormais étendu sur tout le territoire.

Cette mesure a été lancée pour répondre à un enjeu de santé publique, puisque le taux de couverture vaccinale antigrippale reste insuffisant : 46,7 % en France et 47,3 % en Sarthe pour la dernière campagne.

Or, il faudrait atteindre les 75 % pour faire disparaître tout risque d’épidémie.

Une formation de six heures

Les pharmaciens sont généralement motivés par cette nouvelle mission qui est un moyen de développer leurs compétences tout en endossant un rôle de prévention.

Une pharmacienne située dans un quartier du Mans explique que

« Le métier des pharmaciens évolue »

Et qu’

« Il sort du cadre de la simple délivrance de médicaments ».

Six heures de formation, dont trois heures de théorie et trois heures de pratique, ont été nécessaires pour qu’un pharmacien soit habilité à vacciner.

Dans le département de la Sarthe, 120 pharmaciens ont été formés et ont dû aménager les lieux.