Vu le prix pratiqué, les assurés endossent actuellement un surcoût annuel de plus de 70 euros pour leur complémentaire santé. D’après l’UFC-Que Choisir, l’augmentation en un an dépasse celle du pouvoir d’achat. C’est pourquoi l’association demande aux autorités de réagir. D’autant que le prix des mutuelles est en hausse permanente ces dernières années.

Cette année encore, le prix des mutuelles santé a augmenté. C'était déjà le cas en 2019 puis en 2020. Cette fois, l'UFC-Que Choisir lance un signal d'alarme. Et pour cause, l'augmentation constatée est supérieure à la hausse prévue du pouvoir d'achat. De plus, le contexte est difficile avec la crise sanitaire et ses conséquences sur le plan économique.

Cette inflation serait la conséquence des mesures prises pour faire face à la pandémie. L'association attend ainsi l'intervention des autorités, notamment pour réguler les pratiques dans le secteur. Elle relève en effet un manque de transparence, source de difficultés lorsque les assurés envisagent d'aller voir la concurrence.


Faciliter la comparaison des offres pour les assurés

Changer de mutuelle semble être l'alternative la plus simple pour payer moins cher. Toutefois, les démarches peuvent être complexes. L'association souligne que les assurés n'ont pas une idée précise de la répartition de la prise en charge entre la Sécurité sociale et leur complémentaire santé. Sans parler des cas où le pourcentage de remboursement dépasse 100 %, par exemple pour les soins dentaires et l'audiologie. Parfois, les démarches sont freinées par des tableaux de remboursement perdus de vue ou qui ne sont plus liés aux tableaux de garantie.

Ces différents cas de figure les empêchent de faire jouer la concurrence. Dans un tel contexte, il est difficile de faire une analyse du marché et d'identifier l'offre la mieux adaptée.

Aussi, UFC-Que Choisir sollicite l'intervention du gouvernement afin d'instaurer davantage de transparence dans le secteur, notamment au niveau des frais de gestion. Elle attend également des mesures pour faciliter la comparaison des offres et l'accès aux contrats, sans qu'il soit nécessaire de renseigner des informations personnelles. Si l'association exige autant, c'est parce que les chiffres sont alarmants.

Une inflation médiane de plus de 4 % en 2021

En effet, l'UFC-Que Choisir a relevé une inflation médiane de 4,3 % pour les tarifs de 2021, comparés à ceux de l'année précédente. Pour cela, elle a tenu compte de l'âge des assurés. En 2020, les prix ont déjà bondi de 5 %. Ils avaient augmenté de 4 % en 2019.


D'après les analyses de l'association, les assurés paient en moyenne un surcoût de 79 euros par ménage et par an. Ce qui est trois fois supérieur à l'augmentation prévue du pouvoir d'achat.

Ces chiffres sont issus d'une étude portée sur plus de 600 contrats de complémentaire santé individuels, souscrits auprès de 123 compagnies. L'association met toutefois l'accent sur la variation d'une mutuelle à une autre. Sur 17 compagnies analysées, la hausse constatée serait de 0 à 8 %.

Celle-ci serait en partie due à la mise en place du dispositif 100 % santé. Selon l'association, elle trouve également son origine dans la taxe Covid appliquée en 2020, d'un montant d'un milliard d'euros. Elle a été instituée en vue de couvrir une partie des économies utilisées pour les remboursements effectués avec la pandémie. Elles s'élèvent précisément à 2,2 milliards d'euros.

La mise en place de cette taxe aurait incité les organismes complémentaires à réviser leurs tarifs afin d'en limiter l'impact. Son montant serait pourtant minime comparé à celui des économies.