Une étude menée en France et dont les résultats ont été rendus publics le 19 juillet dernier confirme l’innocuité du vaccin de Pfizer/BioNTech chez les plus de 75 ans. Plus précisément, celle-ci prouve l’absence de lien entre la vaccination et le risque de développer des problèmes cardiovasculaires graves, comme l’infarctus, l’AVC ou l’embolie pulmonaire, chez cette catégorie de la population.

Aucun lien trouvé entre la vaccination et les problèmes cardiovasculaires graves chez les personnes âgées

Les résultats publiés démontrent qu'aucun lien n'a pu être établi entre le vaccin Pfizer/BioNTech et une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires graves chez les plus de 75 ans, que ce soit après la première ou la seconde injection.

C'est le groupement d'intérêt scientifique Epi-Phare composé de l'Agence du médicament (ANSM) et la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) qui est à l'origine de cette étude.

D'abord, pendant la période comprise entre décembre 2020 et mars 2021, les chercheurs ont recensé les cas d'hospitalisation pour des infarctus, des AVC et des embolies pulmonaires chez les 75 ans et plus, qu'ils soient vaccinés ou pas. 30 000 cas ont été répertoriés.


Ensuite, ils les ont retracés dans le temps : ils ont situé l'apparition des problèmes de santé sur des périodes : les 14 jours suivant la première et la seconde injection ont été considérés comme des périodes à risque, tandis que toutes les autres périodes ont été retenues comme des périodes témoins.

Les résultats obtenus révèlent qu'il n'existe pas de différence significative entre ces différentes périodes chez les personnes de 75 ans et plus hospitalisées pour un infarctus du myocarde, un AVC ischémique ou hémorragique, ou une embolie pulmonaire.

Des études plus poussées à l'avenir

Les chercheurs d'Epi-Phare ne vont pas rester à ce stade. Ils vont étoffer leurs analyses sur des personnes ayant eu déjà des problèmes cardiovasculaires auparavant, sur des tranches d'âges plus jeunes, et sur les autres vaccins anti-covid utilisés.

Pour rappel, la campagne vaccinale a commencé en France à la fin décembre 2020 et les seniors, qui étaient inclus dans la liste des personnes prioritaires à la vaccination, étaient vaccinés avec Pfizer/BioNTech.

Dans une autre étude portant spécifiquement sur le vaccin Pfizer/BioNTech et publiée au mois de mai, les chercheurs du groupement Epi-Phare ont annoncé qu'

Il y avait 87 % moins de risque de développer une forme grave du coronavirus chez les 75 ans et plus dès une semaine après la seconde injection.