Dans des Ehpad des Landes et du Bas-Rhin, des personnes âgées et des membres du personnel ont été testés positifs au covid-19 alors que la plupart d’entre eux ont été vaccinés. Selon les ARS, ces évènements n’ont pas de quoi inquiéter, car les vaccins n’ont pas pour but de bloquer la chaine de transmission, mais d’éviter que les personnes contaminées développent une forme sévère du virus.

Un an après la première vague de contamination au covid-19, une troisième vague sévit actuellement en France. À noter que la situation épidémique en ce moment est proche de celle observée lors du premier confinement, mettant la pression sur les hôpitaux. En Île-de-France, où la situation sanitaire affiche un niveau pour le moins critique, les hôpitaux ont dû déprogrammer 80 % des opérations afin de libérer les lits pour les patients ayant contracté le coronavirus.

En ces temps chaotiques, les vaccins semblent être la seule solution pour stopper la propagation de ce virus. Toujours est-il que bon nombre d'enseignes de mutuelle senior ont indiqué que des résidents d'Ehpad ont été tout de même testés positifs au covid-19, alors qu'ils ont reçu des doses de vaccin anticovid.


Déjà vaccinés, mais encore testés positifs au covid-19

Onze pensionnaires de l'Ephad « Résidence Le Ried » dans le Bas-Rhin ont été testés positifs au covid-19. Il convient pourtant de préciser que la majeure partie de ces seniors ont été vaccinés. Plus précisément, une des trois personnes âgées admises en structures hospitalières a reçu une première injection.

L'Agence régionale de santé (ARS) a toutefois précisé que ces admissions à l'hôpital ne sont qu'une mesure de sécurité, les trois seniors présentant de fortes pathologies, mais n'ont pas développé une forme sévère du covid-19.

La même situation a été observée dans l'Ehpad « Léon Dudébat de Bisacarosse » dans les Landes. Quinze pensionnaires et huit membres du personnel ont été testés positifs, alors que la plupart d'entre eux ont déjà reçu les deux doses du vaccin Pfizer. Le directeur de l'ARS des Landes, Didier Couteaud a expliqué que :

On est là sur un variant anglais. L'origine de la contamination dans l'Ehpad est liée à un visiteur extérieur non vacciné.

Le rôle du vaccin est d'éviter de développer une forme sévère

En dépit de ces évènements, les ARS ont indiqué que les doses vaccinales sont un espoir pour éradiquer la pandémie du covid-19. Même si les vaccins n'empêchent pas de contracter le virus, ils permettent d'éviter de développer une forme sévère de la maladie, comme l'a expliqué le Dr Jean-Paul Hamon, le président d'honneur des médecins de France :

La vaccination ne bloque pas la circulation du virus et les contaminations.

Le médecin a également commenté les cas de figure observés dans les Ehpad des Landes et du Bas-Rhin. Il a ainsi déclaré :

Cela montre bien l'importance de vacciner massivement les personnels, car si la couverture vaccinale dans les Ehpad est élevée chez les résidents, on peut et on doit mieux faire s'agissant des soignants et intervenants qui s'en occupent au quotidien. C'est essentiel !

Une fois que les personnes vaccinées reçoivent les deux injections, elles acquerront l'immunité complète après deux semaines. Pour le moment, les vaccins semblent bien jouer leur rôle, puisqu'on ne recense aucun individu ayant développé une forme sévère du covid-19 après qu'il ait acquis l'immunité complète.

Pour l'heure dans l'Hexagone, 95 % des seniors résidant en Ehpad ou USLD ont reçu une première injection et 73 % d'entre eux ont déjà reçu les deux doses du vaccin.