Le variant indien ne devrait devenir dominant chez les Helvètes que fin juillet ou au début du mois d’août prochain. Pourtant, depuis le 12 juillet dernier, sept sur dix des nouvelles contaminations ont déjà été attribuées au Delta, extrêmement contagieux. En France, la proportion enregistrée à la même date était bien moindre.

En Europe occidentale, la forme indienne du coronavirus représente désormais la majorité des infections. Chez quelques-uns, les contaminations augmentent de manière exponentielle, comme au Portugal ou en Espagne qui a récemment réimposé certaines limitations. Les Néerlandais ont, de leur côté, fermé à nouveau les boîtes de nuit du pays.

En Suisse, aucun changement au niveau des restrictions n'a été envisagé jusqu'à maintenant. L'organe exécutif de la Confédération procèdera à sa prochaine conférence de presse le 11 août prochain.

En attendant, le nombre de personnes testées positives au Covid-19 augmente fortement dans le pays. Les données publiées par l'OFSP en témoignent.

Une propagation plus rapide que prévu

Le 21 juillet dernier, l'Office fédéral de santé publique dénombrait 773 nouveaux cas en 24 heures. Cela représente 66 de plus que la veille. Si le nombre de cas positifs augmente, les décès eux restent nuls. S'agissant de la courbe des hospitalisations, elle semble s'être maintenue à un certain niveau. Cette stabilisation soulage notamment les établissements de mutuelle santé engagés dans la prise en charge des patients.


Sur le même sujet, l'avancée brusque de la souche Delta s'est avérée bien plus rapidement que prévu. Fin juin 2021, le vice-président de l'OFSP prédisait que le variant deviendrait prépondérant à la fin du mois de juillet ou au début août. 50 % plus transmissible que l'Alpha, apparu en Angleterre, celui-ci est finalement devenu dominant la semaine dernière. Cela a probablement causé en partie la hausse du nombre de personnes ayant contracté le SARS-CoV-2. Heureusement, deux doses de vaccin semblent apporter une protection relativement efficace.

70 % des nouvelles contaminations

Les autorités suisses ont officiellement annoncé le 12 juillet dernier que les contaminations recensées portaient désormais majoritairement sur le variant Delta. La task force susmentionnée montre à travers ses statistiques que plus de sept sur dix des nouveaux cas étaient causés par ce dernier. À la souche Alpha qui, quant à elle, est devenue dominante il y a cinq mois, les Suisses n'avaient plus attribué que 19 % des cas.

Dans l'Hexagone, le Delta représente aujourd'hui plus de huit sur dix des nouveaux cas (83,5 %). Ce chiffre est tiré des données publiées ce 26 juillet par Santé Publique France. Dans les détails, la plus forte prévalence était enregistrée en Corse, avec un taux d'incidence de 402 cas pour 100 000 habitants. Après cette dernière se trouvaient les régions suivantes avec un taux à :

  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : 328 ;
  • Occitanie : 313 ;
  • Île-de-France : 250 ;
  • Nouvelle-Aquitaine : 150.

Le Centre-Val de Loire, bien que récemment touché, a été le dernier a enregistré des cas présentant le variant Delta. Son taux d'incidence a maintenant dépassé les 50 cas pour 100 000 habitants.