Le nombre de cas de variole du singe ne cesse de grimper en France. La circulation de ce virus rare, endémique dans certaines régions d’Afrique, s’accélère aussi dans le monde (Royaume-Uni, Portugal, Espagne, Israël, Suisse, Autriche, États-Unis…). Pas moins de 12 pays ont signalé la présence de cette maladie sur leur territoire. La multiplication des foyers est devenue si importante que les institutions de santé commencent à se mobiliser pour endiguer la propagation du virus.

Des cas détectés dans au moins 12 pays

Le nombre de personnes atteintes de variole du singe (ou monkeypox) est en hausse en Europe et dans le monde.

Au total, plus d'une centaine de cas ont été recensés d'après les derniers chiffres publiés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : la plus forte circulation du virus jamais enregistrée en dehors de l'Afrique.

L'organisme constate qu'il s'agit d'« un évènement inhabituel » de voir le virus au-delà de la zone endémique en l'absence de transmission directe.

Les autorités sanitaires se veulent rassurantes sur le fait que la forme actuelle de la maladie est moins dangereuse que la souche éliminée des décennies auparavant et qu'elle se guérit généralement d'elle-même.

Sa transmission s'effectue par les lésions cutanées d'une personne malade, par les muqueuses ou gouttelettes ainsi que par le contact de l'environnement du malade.

À noter qu'il peut être utile de recourir à un comparateur mutuelle santé pour trouver celle qui garantit la meilleure prise en charge de cette maladie.


La riposte s'organise

Face à la « fréquence anormalement élevée de transmission interhumaine » du virus observée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), l'OMS recommande de renforcer la surveillance sanitaire pour dénombrer avec précision les cas potentiels.

Ainsi, il sera plus facile d'isoler ces derniers et de tracer leurs contacts afin de mieux freiner la propagation du virus.

Ces démarches sont déjà appliquées dans les pays occidentaux où la confirmation des contaminations se fait en laboratoire par le biais d'un test PCR.

Dans le même temps, la prévention de l'infection a aussi toute son importance, notamment pour les cas contacts. Cela se traduit par le déploiement de la vaccination contre la variole qui est efficace pour prévenir la variole du singe.

En France, les contaminations à la variole du singe qui se reconnaissent souvent aux éruptions cutanées doivent être déclarées selon Santé publique France.