La myopie, un fléau qui touchera six Français sur dix d’ici 2050, pose un défi majeur pour les ophtalmologues. Ces derniers qualifient cette maladie oculaire de véritable épidémie, avec 2,1 millions d’enfants concernés en France. Pouvant corriger et ralentir l’évolution de ce trouble de la vision, les verres de freination ne sont malheureusement pas pris en charge par l’Assurance maladie et coûtent plus cher que les verres correcteurs traditionnels.

Les verres de freination contre la myopie : une solution efficace, mais coûteuse

Des verres à porter dès le plus jeune âge

La myopie est une anomalie du système optique qui se caractérise par une vision floue de loin. Elle est causée par un allongement excessif du globe oculaire, ce qui fait que les images sont projetées devant la rétine au lieu d'être focalisées sur elle.

Les verres de freination agissent sur l'allongement du globe oculaire pour ralentir la progression de la myopie. Ils sont constitués d'une zone centrale qui corrige la vision de loin, et d'une zone périphérique qui est légèrement floue. Cette dernière envoie un signal au cerveau qui entraîne une contraction des muscles ciliaires, ce qui a pour effet de ralentir la croissance du globe oculaire.


Les verres de freination sont destinés aux enfants et aux adolescents, entre 4 et 18 ans. En effet, la myopie est une maladie évolutive qui se développe principalement pendant l'enfance et l'adolescence.

Selon le Dr Pierre Raphaël Rothschild, ophtalmologiste,

Les verres de freination sont efficaces pour limiter la progression de la myopie chez les enfants dont la myopie évolue rapidement. En revanche, ils le sont moins chez les adultes, dont la myopie est stable.

Réduction de 30 % à 60 % de la myopie

Certains fabricants de renom, tels qu'Essilor, Hoya, et Zeiss MyoCare, ont mené des études approfondies dans le domaine. Selon leurs conclusions, ces verres sont efficaces pour ralentir la myopie d'environ 30 % à 60 %.

Le Dr Rothschild estime que la réduction moyenne est d'environ 30 %, mais il considère ces chiffres comme encourageants. Il souligne que «les résultats peuvent varier d'un enfant à l'autre. Étant donné que cette technologie est assez récente, ses effets sont encore incomplètement compris».

Aujourd'hui, seuls 5 % des enfants myopes ont recours à ces verres, même si leur efficacité est plus importante en cas de traitement précoce.

Le coût élevé constitue un obstacle majeur à leur adoption. Les opticiens fixent librement leurs tarifs, mais le prix d'un verre se chiffre en moyenne à 180 euros. Ces dispositifs ne sont d'ailleurs pas remboursés par la Sécurité sociale, et même si certains organismes de complémentaire santé les prennent en charge, le ticket modérateur demeure significatif. Le patient doit payer en moyenne 50 euros par verre.

A retenir : 
  • Les verres de freination constituent une solution efficace pour limiter l'évolution de la myopie chez les enfants.
  • Cependant, ils sont coûteux et ne sont pas remboursés par l'Assurance maladie.
  • C'est pourquoi ils ne sont pas encore largement utilisés.