La période de confinement destinée à endiguer la propagation du coronavirus a fait naître de nouveaux besoins chez les Français, notamment en matière d’habitation. Pour leur logement, ils privilégient désormais les espaces extérieurs. Ceux qui ont pris goût au télétravail veulent également intégrer un espace spécifique, de manière à toujours séparer la vie professionnelle et la vie privée.

Un réaménagement de l'intérieur s'impose

Si aucun vaccin ou aucun traitement efficace n'est trouvé, l'humanité, qu'elle le veuille ou non, devra apprendre à vivre avec le coronavirus. Les gestes barrières vont devenir des habitudes, jusqu'à devenir un réflexe presque inné.

L'habitation devra également se mettre au diapason et s'adapter aux nouvelles contraintes sanitaires, un impératif qui se pose à la fois pour les résidences privées et les locaux professionnels.

Malgré le fait que les effectifs dans les entreprises sont amenés à se réduire considérablement, les architectes devront quand même réaménager les espaces pour les salariés qui exécutent leur travail dans les locaux de l'employeur.


Il est facile d'imaginer que les « openspaces » vont disparaître parce que, distanciation sociale oblige, les collaborateurs devront tous avoir un espace qui leur est propre. Les salles de réunions vont accueillir beaucoup moins de fauteuils, mais beaucoup plus d'écrans (pour la visioconférence).

Toujours au sein des entreprises, le marché de la domotique pourrait connaitre un essor considérable.

En effet, pour limiter la propagation du virus, tous les objets qui sont manipulés par plusieurs personnes, plusieurs fois dans la journée, comme les poignets de portes, les boutons d'ascenseur ou même les robinets dans les toilettes pourraient disparaître et remplacés par des automates ou par la commande vocale.

Le télétravail va bouleverser le quotidien

Pour ceux qui ont pris goût au travail à domicile, plusieurs critères vont désormais être essentiels pour le bon accomplissement de leur tâche.

Outre l'assurance habitation, d'autres postes de dépenses vont venir se greffer à leur facture de fin de mois.

Déjà, la note de l'électricité et celle du téléphone vont être plus onéreuses qu'auparavant et il faudra également souscrire un abonnement Internet, de préférence du haut débit afin de permettre des échanges fluides avec les employeurs.

Autre budget à prévoir : l'aménagement d'un espace bureau, de manière à travailler à peu près dans les mêmes conditions que sur site. Les employeurs pourraient, en effet, ne pas apprécier des interruptions intempestives pendant les séances de visioconférence ou encore être dérangés par les bruits ambiants.

L'espace extérieur devient un luxe

L'avantage du télétravail est d'accomplir la tâche professionnelle dans n'importe quel endroit qui le permet.

Ainsi, le télétravailleur n'aspire pas à s'enfermer entre quatre murs. L'idéal est de pouvoir travailler en extérieur, dans un jardin, sur une terrasse ou même un balcon.