Près d’un million de Québécois ont subi une panne électrique particulièrement grave au début du mois de novembre dernier. Outre les désagréments habituels liés aux coupures de courant, ce problème a provoqué la perte du contenu des congélateurs de certains abonnés. Ces derniers peuvent recourir à leur assureur pour couvrir ces pertes selon les experts.

De nombreux abonnés québécois se sont retrouvés dans une fâcheuse situation et avec des pertes non négligeables dans leur réfrigérateur après la panne survenue récemment dans la Belle Région.

Un courtier en assurances a expliqué la clause pouvant être sollicitée et le fonctionnement de la réclamation de circonstance, dans un entretien accordé à LCN.

Selon ce spécialiste, la plupart des contrats d’assurance destinés à l’habitation au Québec, et au Canada en général, incluent une garantie couvrant les pertes d'aliments provoquées par une panne au niveau d’un service public. Ce terme englobe notamment les problèmes de distribution de gaz naturel et les pannes d'électricité.


Une décision à prendre avec prudence

Au Québec, il est possible de faire appel à sa compagnie d’assurance pour le remboursement des pertes dues à une panne de courant. Toutefois, le courtier susmentionné tient à prévenir les consommateurs des risques liés aux réclamations. Il explique :

« Quand on réclame, ce n'est pas une punition, mais la perte d'un avantage, qui est un rabais que les assureurs donnent, en habitation, au niveau des gens qui n'ont pas de sinistres depuis trois ans. Aussitôt qu'on réclame, peu importe le montant, on perd ce rabais, ce boni sans sinistre ».

L’avantage en question vaut généralement 10 à 15 % du montant de la prime annuelle. Ainsi, la perte de ce rabais sur trois années successives peut atteindre le même montant que le dédommagement perçu.

Ceci étant, le courtier recommande de faire une réclamation, en cas de dégâts supplémentaires, à l’instar de fenêtres brisées, d’arbres déracinés ou de bardeaux envolés.

Une garantie prévue dans le contrat

Pour pouvoir solliciter cette garantie du contrat d’assurance habitation, le client doit parfois présenter certaines preuves d’achat et des photos des aliments perdus. Les assureurs acceptent différents types de documents, tels que les reçus de caisse ou les relevés de paiement par carte bancaire.


Cela dit, l’utilité de ces justificatifs dépend foncièrement de la compagnie d’assurance considérée. La plupart du temps, les assureurs évoluant sur le marché local se fient seulement à la bonne de foi de leurs clients. Le courtier note néanmoins :

« Si ce sont de très gros montants, l'assureur va quand même exiger des preuves d'achat. La simple et bonne raison, c'est qu'on pourrait prendre des photos des aliments de notre voisin et réclamer ».

D’un autre côté, il est important d’effectuer quelques calculs pour évaluer si les pertes valent vraiment une réclamation. En effet, en se tournant vers l’assureur, le client doit notamment assumer la franchise. De plus, il ne doit pas oublier que cette décision se répercute sur le coût de son contrat à l’avenir (hausse des primes).