À l’approche de la fin d’année, les nouvelles grilles tarifaires de 2020 pointent un à un le bout de leur nez. Ainsi, c’est au tour de la Maif de dévoiler le coût de ses couvertures, lors de la publication de son dernier magazine. Des révisions à la hausse sont attendues sur plusieurs offres quoique celles-ci soient plus modérées par rapport aux majorations de cette année.

L’entrée en vigueur de la loi Hamon, il y a quatre ans, a permis à la clientèle des assureurs de biens ou de personnes de faire jouer la concurrence pour obtenir un meilleur tarif avec les garanties adéquates. Pour autant, cela n’empêche pas les établissements d’assurance de réviser leurs prix, d’autant que nombre de contextes actuels les poussent aussi à poursuivre cette voie.

Taux d’intérêt négatifs nuisant à leur investissement, hausse des coûts de réparation malgré un net recul des accidents routiers, expansion du nombre de cambriolages, augmentation de la sinistralité suite à l’effet climatique…

Ce sont tous des facteurs suscitant une hausse des primes. Pour la Maif, cette dernière sera de 2,2% pour l’assurance habitation et de 1,25% pour la protection auto.


Une hausse de tarifs conforme aux prévisions générales

La parution de son dernier numéro « Maif Mag » en octobre dernier a été, pour la mutuelle, l’occasion d’annoncer à sa clientèle l’évolution de ses tarifs d’assurance pour l’an prochain. Un rendez-vous annuel que l’établissement s’était d’ailleurs fixé avec ses sociétaires.

Mais alors que la Maaf, qui l’a précédée dans ses déclarations, a prévu une stabilité au niveau de ses prix, la Maif confirme sa volonté de rehausser les leurs avec une moyenne conforme aux prédictions de deux cabinets de renom, Fact&Figures et Actuaris. En effet, ces derniers ont tablé respectivement sur des hausses moyennes de 1 à 2% et de 1,5 à 2%.

Ainsi, pour la mutuelle niortaise :

  • Le coût afférent à son contrat Raqvam (assurance de la vie quotidienne et de l’habitation) sera majoré de 2,2% ; 
  • Les tarifs appliqués pour ses couvertures auto augmenteront de 1,25%, hors effet bonus-malus tandis qu’un à trois euros s’ajouteront à la facture en cas d’option panne zéro kilomètre ; 
  • Les GAV (garantie accidents de la vie) vont hausser de 1,2% pour les Praxis Solutions (hors effet d’âge) et de 2 euros TTC pour le contrat Praxis ; 
  • La formule de protection juridique s’élèvera à 5 euros TTC de plus.

Des efforts pour minimiser l’inflation

Il faut dire que la hausse prévue pour bon nombre de ses formules de protection – multirisque habitation, voiture, juridique et corporelle – est inévitable du fait des divers contextes bien que la mutuelle s’efforce de contenir l’inflation.

Pour prouver cette modération, la progression attendue pour 2020 se trouve bien au-deçà de la hausse enregistrée cette année qui s’élevait à 3% pour le logement et à 2,7% pour l’assurance auto.


Pour le cas des habitats, par exemple, la Maif a enregistré, depuis le début de l’année, 70 000 déclarations de sinistres. La faute aux divers événements climatiques, tels que les orages, les tempêtes et les grandes crues. Sans oublier les épisodes caniculaires qui deviennent de plus en plus intenses et fréquents.

Et ce, en dépit de ses effets à retardement. À savoir, les indemnisations dues à la météo ont coûté aux assureurs quelque 3,2 milliards d’euros en 2018.

Toujours est-il que certaines formules, comme les contrats d’assurance habitation (AHA) et assurance propriétaire bailleur (APB), vont voir leur tarif stagner. Tout comme certaines options dans celles afférentes à la garantie auto, notamment la mobilité et les biens transportés ainsi que la protection étendue du conducteur.

Force est toutefois de reconnaître que malgré la diminution du nombre d’accidents de la route, le développement technologique rehaussant le coût global des réparations impacte inévitablement sur les charges des assureurs du fait des sommes indemnisées. Pour pallier cette problématique, la Maif encourage alors l’utilisation de pièces de recyclage et le réemploi.