Le mal-logement touche des millions de Français d’après le rapport publié par la Fondation Abbé-Pierre. Cette publication a remis ce sujet au cœur de la campagne présidentielle et les candidats n’ont pas manqué d’exprimer leurs visions et d’émettre des propositions pour résoudre le problème.

Il faut dire que les propositions varient d'un candidat à l'autre même si certaines, comme la facilitation de l'accès des Français à la propriété, font l'unanimité.

L'encadrement des loyers soutenu par 6 candidats

Déjà en vigueur dans certaines villes classées comme zones tendues, l'encadrement des loyers est soutenu par Emmanuel Macron, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, et Fabrice Roussel. Ces 4 candidats souhaitent étendre cette mesure à d'autres villes.

Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poitou se montrent pour leur part favorable au blocage des loyers. Le premier souhaite même que les loyers fassent l'objet d'une révision à la baisse dans certaines régions.

De son côté, Valérie Pécresse dénonce l'inefficacité de ce dispositif et propose sa suppression. Selon elle, cette mesure a incité les propriétaires à opter pour les locations saisonnières.

Dans tous les cas, propriétaires et locataires peuvent limiter leurs dépenses de logement en souscrivant une assurance habitation en ligne. À l'aide d'un comparateur, il est facile d'accéder aux contrats les plus avantageux.


APL, HLM, accès à la propriété…

Outre l'encadrement des loyers, les propositions émises par les candidats traitent également d'autres thèmes comme l'APL, la construction des logements sociaux ou encore la facilitation de l'accès à la propriété.

En ce qui concerne l'APL, presque tous les candidats se prononcent pour la révision du barème des aides au logement afin de pouvoir rendre du pouvoir d'achat aux Français.

Pour les logements sociaux, à l'exception d'Éric Zemmour qui veut abroger la loi SRU sur le quota des HLM, tout le monde est favorable à l'idée de construire plus de logements sociaux dans les prochaines années.

Autre thème majeur, l'accès à la propriété. Les propositions sont notamment axées sur l'exonération fiscale des donations entre parents et enfants (Valérie Pécresse et Marine Le Pen).

Pour sa part, Éric Zemmour souhaite que les primo-accédants ayant acquis un bien d'une valeur égale ou inférieure à 250 000 euros ne paient pas de droits de mutation.