En 2020, la France a connu sa plus grande période de sécheresse. Ce qui a produit des problèmes de fissures sur les bâtiments. Pour les réparer, les propriétaires ont fait appel à la CCR, organisme chargé d’assurer les risques liés aux catastrophes naturelles. Les fonds servant de garantie seront puisés dans les réserves de l’État.

Entre les tempêtes, la sécheresse et les séismes, les désordres climatiques font des ravages sur les logements. Pourtant, les fissures font partie des risques qui ne sont pas supportés par une assurance habitation classique. Heureusement, la Caisse Centrale de Réassurance (CCR) permet d'y remédier. Le réassureur public français prend en charge le régime d'indemnisation des catastrophes naturelles.

Selon les chiffres de l'année dernière, 775 millions d'euros ont servi à réparer les dégâts liés aux sinistres. La facture s'est élevée à 565 millions d'euros pour les dégradations provoquées par la sécheresse. Par ailleurs, d'autres solutions comme de nouvelles normes de construction ont été mises en place.


Qu'en est-il de la garantie Cat Nat

En 1982, un régime d'indemnisation des catastrophes naturelles a été instauré. Il s'agit de la garantie Cat Nat qui relaie l'assurance en cas de risques de ravages. Les dommages provoqués par une sécheresse, des mouvements de terrain ou des inondations sont compensés par cette extension. Les cyclones et ouragans, les séismes, les avalanches, les volcans et les tsunamis sont également couverts. En échange, les bénéficiaires paient une surprime dont le taux est fixé à 12 % pour les contrats d'assurance habitation.

Les fonds ne sont débloqués qu'après vérification des faits. Suivant le Code des Assurances, seuls les dommages matériels directs non assurables liés à une cause naturelle sont considérés. Et ce, uniquement pour les biens faisant l'objet d'une garantie. Sont couverts les dégâts sur le bâti, le mobilier et tout autre matériel. Des franchises minimales légales ont été imposées par l'État. Elle est à hauteur de 380 euros pour les résidences principales.

La sécheresse a été particulièrement importante en 2020

Le changement climatique commence à se faire ressentir en France. Particulièrement en 2020, le pays a dû faire face à la sécheresse. Selon les données de la CCR, les fissures provoquées par l'assèchement du sol ont fait l'objet d'une importante indemnisation. D'après Bertrand Labilloy, directeur général du réassureur public, une recrudescence de ce phénomène est prévisible.


Pour financer les victimes, la Caisse centrale de réassurance a fixé comme objectif de réunir une réserve suffisante. Cette dernière sera en prévision des dégâts causés par le prochain «Big One». Des séismes phénoménaux provoqués par la faille de San Andreas que les pronostics prévoient avant 2032.

Malgré la crise du coronavirus, la CCR a annoncé un résultat net de 90 millions d'euros. Quoi qu'il en soit, il n'y aura pas de hausse du taux de surprime. Pour mieux réagir aux risques liés au dérèglement climatique, des mesures radicales seront instaurées comme l'amélioration des structures des habitations.