Avant la célèbre émission de Stéphane Plaza, peu de gens connaissaient le terme « chasseurs d’appartement ». Pourtant, il s’agit bien d’une déclinaison du métier d’agent immobilier, se distinguant de l’agent classique par le fait que leurs prestations sont uniquement axées sur l’achat. Avec un seul type de clients (les acheteurs), sont-ils vraiment plus efficaces que les agents traditionnels ?

Les chasseurs d'appartements, les nouvelles stars de l'immobilier ?

Stéphane Plaza est connu comme étant l'agent immobilier et l'animateur préféré des Français. Mais avec son émission « Chasseurs d'appart », il a surtout mis en lumière un pan du métier d'agent immobilier jusque-là peu ou pas connu.

Comme dit précédemment, le rôle d'un chasseur d'appartement est de dénicher un bien immobilier conforme aux attentes de ses clients, de potentiels acheteurs.

S'occupant uniquement des achats, les chasseurs d'appartements gagnent en efficacité dans leurs recherches. Les particuliers font surtout appel à leurs services pour des appartements à acheter dans les villes où la tension est forte (peu d'offres, beaucoup de demandes).

Malgré cette forte tension, les chasseurs donnent généralement satisfaction à leurs clients puisqu'ils arrivent à trouver l'objet de leur quête au bout de trois mois, en moyenne.


Il faut y mettre le prix

Les prestations d'un chasseur d'appartement ne sont pas rémunérées de manière identique à celles d'un agent immobilier conventionnel.

Dans la majorité des cas, la commission d'un chasseur se situe entre 2 % et 3 % du prix du bien. À ce tarif, il lui incombe de récolter toutes les informations concernant le bien qu'il propose, mais également de négocier le prix auprès du vendeur.

Il peut aussi superviser la transaction et assister à la signature de l'acte chez le notaire. Par contre, demander un devis assurance habitation restera une tâche réservée aux propriétaires nouvellement installés.

Outre la prestation, le tarif élevé est justifié par le fait que les chasseurs d'appartement peuvent repartir bredouilles si leur client n'est pas satisfait du bien proposé. Il n'est donc assuré de toucher sa commission qu'une fois la transaction finalisée.