En hiver, la consommation d’énergie des ménages est plus importante. Or, cette année, la production d'électricité est susceptible de ne pas suivre. En effet, en raison de la pandémie, la maintenance de certaines centrales nucléaires a été repoussée à fin 2020. Face à cette situation, le SER (Syndicat des énergies renouvelables) recommande le chauffage domestique au bois.

Selon le SER, il est possible de limiter la hausse de la demande en matière d'électricité en hiver. Pour ce faire, les Français doivent privilégier le chauffage au bois. L'organisme note que le nombre d'appareils fonctionnant avec cette source d'énergie s'élève à plus de 7 millions dans l'Hexagone. Généralement, les ménages qui en possèdent sont aussi équipés de radiateurs électriques. En consommant moins d'électricité grâce à l'utilisation du bois, ils contribueront à soulager le réseau.

Ceux qui projettent de se procurer un appareil de chauffage au bois doivent toutefois s'attendre à s'acquitter de primes d'assurance habitation plus chères. En effet, ce type d'installation figure parmi les principales causes d'incendie résidentiel.


Une solution présentant plusieurs avantages

Si la consommation des ménages diminue, RTE (Réseau de transport d'électricité) ne sera pas dans l'obligation d'importer de l'électricité provenant de pays voisins. De cette manière, la France limitera son empreinte écologique.

En effet, la plupart du temps, l'électricité importée est produite à partir de gaz, de charbon ou d'autres énergies fossiles. Ces dernières sont pourtant néfastes pour l'environnement, car elles provoquent d'importantes émissions de CO2. Ce gaz à effet de serre est notamment à l'origine du réchauffement climatique.

En plus d'être écologique, le bois représente une solution de chauffage économique. Les Français pourront effectivement économiser sur leur facture d'énergie en utilisant moins d'électricité. Le SER explique :

[…], le chauffage au bois reste aujourd'hui l'énergie la moins chère en France, et c'est une filière industrielle majoritairement française qui regroupe plus de 26 000 emplois équivalents temps plein.

L'organisme syndical ajoute que les appareils de chauffage au bois peuvent remplacer les chaudières fioul qui seront interdites à partir de 2022.

Un réseau qui sera inévitablement mis en tension

En hiver, les Français utilisent plus d'énergie, car ils allument leur chauffage électrique. Jusqu'à présent, le stockage de l'électricité reste cependant problématique. Il est donc nécessaire que la production coïncide avec la consommation.


Or, une demande trop importante met le réseau électrique en tension. Il peut alors en résulter une panne généralisée. Cette situation peut être évitée en soulageant la pointe de consommation. Le SER explique :

L'utilisation des appareils de chauffage au bois, allumés en fin d'après-midi, permet de réduire de 5 à 10 GW le pic de puissance électrique appelée de 19h00 en période froide, soit près de 10 % de la pointe électrique hivernale qui monte habituellement de 50 à 100 GW.

Quoi qu'il en soit, l'été dernier, François Brottes, qui présidait alors RTE, a écarté la survenue d'un black-out cet hiver. Le 18 septembre dernier, le gestionnaire du réseau de transport a néanmoins déclaré que :

[Le réseau] demeure toujours sous vigilance particulière, avec une probabilité élevée de situations tendues sur l'équilibre entre offre et demande d'électricité.