Le coliving est de plus en plus courant dans l’Hexagone. Cette formule est à la fois plébiscitée par les jeunes citadins entrepreneurs et les travailleurs nomades.

Le coliving diffère de la colocation sur de nombreux points, y compris l’assurance habitation. En réalité, il s’agit d’un concept alliant colocation et coworking. Concrètement, le locataire partage son espace privé et professionnel avec d’autres personnes. Le « vivre ensemble » s’impose ainsi dans toute sa dimension humaine.

Dans la pratique, ce type d’offre immobilière doit couvrir les besoins professionnels et privés du futur occupant. De cette manière, les activités professionnelles et les loisirs de ce dernier pourront être concentrés dans un seul endroit. Révolutionnant le concept d’habitat partagé, le coliving est apparu sur la côte ouest américaine dans les années 2000.

Un marché à fort potentiel pour les investisseurs

Vu l’évolution des mœurs dans les grandes villes, de nombreux acteurs du secteur immobilier se sont lancés sur le marché du coliving. D’autant que les taux d’occupation ne cessent d’augmenter en raison de la progression de la demande.


De plus, le marché présente un potentiel de croissance remarquable comme l’indiquent les enseignes évoluant dans le secteur depuis plusieurs années.

L’entreprise américaine WeWork, par exemple, a mis en place l’enseigne WeLive pour proposer des offres de coliving. Entre-temps, des sociétés européennes comme Medici Living (Allemagne) ou Cohabs (Belgique) ont également fait leurs preuves dans le secteur. Elles ont ainsi étendu leurs activités en dehors de leur pays d’origine.

Dans l’Hexagone, ce segment a été inauguré par la Foncière des Régions, désormais appelée Covivio. Sur le moyen terme, l’entreprise prévoit de lancer des projets de résidences et d’investissements en Europe. D’après BNP Paribas, le marché du coliving représente actuellement près de 5 000 places, dont 3 500 dans de grandes agglomérations françaises.

Comment fonctionne le coliving ?

Si le coliving se traduit littéralement par « vivre ensemble », il ne s’agit cependant pas de résider seulement avec un colocataire. Le candidat à cette forme de cohabitation devra partager sa vie professionnelle et personnelle avec une tierce personne. Ainsi, ce mode de vie dépasse de loin le coworking ou la colocation.

Concrètement, avec ce type d’offre, l’espace de travail et de vie est combiné dans un seul endroit. Ainsi, tous les résidents disposeront d’une zone privative pour leur travail et d’espaces communs pour les loisirs (sports, jeux, etc.). Il est également possible de prévoir des espaces de travail en commun.

En général, le bail est flexible sur ce type de logement. Par ailleurs, le local est souvent meublé, dispose d’une connexion internet et propose divers services tels que le ménage. Dans certains appartements, les bailleurs prévoient également des prestations supplémentaires comme les petits déjeuners, les espaces de travail avec accès privilégiés, etc.