La population française vieillit. Les modes de vie changent de sorte que la sphère professionnelle vient à côtoyer la privée. Les constructeurs prennent davantage compte des problématiques environnementales. Les nouvelles technologies séduisent. Les besoins sont amenés à évoluer, tout comme les méthodes de vente. Les opérateurs traditionnels suivent le mouvement impulsé par les start-up.

Régis Chemouny, qui travaille pour KPMG France en tant que responsable des questions immobilières, déclare que les innovations touchent désormais le marché de l’immobilier. Non seulement les techniques de commercialisation progressent, mais les acteurs conçoivent aussi de nouvelles manières de construire ou d’habiter.

Les compagnies d’assurance habitation devront s’adapter. Avec le smart building par exemple, les immeubles s’harmonisent avec les quartiers dans lesquels ils sont implantés.

Cependant, certaines pratiques peinent encore à évoluer. En guise d’illustration, ni les délais de vente ni le temps de construction ne sont près de s’écourter. Les règles en vigueur peuvent aussi constituer un frein au développement de projets novateurs.

Des services répondant aux nouvelles attentes des clients

Concernant tout particulièrement l’univers de la construction, les nouveaux arrivants comme Unlatch ou HabX bousculent le modèle traditionnel sur de nombreux points.


Par exemple, il est possible de personnaliser les appartements intégrés aux lots d’habitation, comme l’indique Benjamin Delaux qui préside la jeune pousse HabX. Les professionnels de la construction n’hésitent pas non plus à se servir de matériaux durables comme le béton bas carbone d’après Cyrille Ferrette, un haut responsable au sein de Nexity.

Concernant l’occupation des logements et des résidences, les Millenilals préfèrent le coliving axé sur le partage à la possession d’un appartement. C’est ce que confirme l’instigateur de Real Estech, Robin Rivaton. La cohabitation tend à se démocratiser chez les jeunes étudiants comme chez les personnes actives.

Quant à ceux qui veulent devenir propriétaires, ils peuvent détenir les murs d’une maison sans avoir à acheter le terrain sur lequel elle est bâtie. Dans ce cas, un contrat de bail qui s’étend sur des années est signé.

Les professionnels de l’immobilier veulent assurer en communication

Le secteur de l’immobilier étant en pleine mutation, toutes les catégories d’investisseurs pourraient être intéressées. C’est ce qu’avance celui qui préside l'Institut de l'épargne immobilière et foncière (IEIF), Christian de Kerangal. Actuellement, les Proptech comme Proprioo ou Somhome totalisent 450 enseignes. Ces dernières emploient 3 800 individus environ.

De leur côté, les consommateurs voient :

  • L’implantation de jeunes pousses qui diversifient leurs activités en investissant par exemple à la fois dans les objectifs connectés et dans la gestion locative.
  • L’émergence d’entités ou de réseaux dépourvus d’agences physiques qui proposent des prix défiant toute concurrence en ligne et qui donnent accès à des informations fiables.
  • La prolifération des applications des spécialistes de petites annonces comme Seloger ou LeBonCoin dont les offres sont consultables en temps réel et correspondent souvent aux besoins.
  • L’aménagement de stores permettant d’effectuer une visite 3D d’une résidence ou de visionner une propriété à l’aide de drones.