Comme pratiquement tous les secteurs d’activités, celui de l’assurance habitation ne pouvait pas sortir indemne de la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19. Néanmoins, la hausse des tarifs qui a eu lieu fut moins grave que les prévisions des observateurs, l’augmentation la plus conséquente se manifestant sur les contrats assurant les maisons.

Toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne

Au même titre que les prix immobiliers, les tarifs des assurances diffèrent en fonction des régions et du type de bien assuré (maison ou appartement). De même, ils ont connu des évolutions différentes. Tous types de biens confondus, les coûts de l'assurance habitation ont enregistré une hausse de +0,9 % dans l'Hexagone.

Généralement, les maisons sont plus cher à assurer que les appartements, et ce, même pour ceux qui souscrivent une assurance habitation en ligne. La justification apportée par les assureurs pour cet écart est que, dans la majorité des cas, une maison est plus grande en surface et contient davantage de mobiliers susceptibles d'être volés ou détruits.


Depuis le début de la pandémie, une hausse du coût de l'assurance sur les maisons a été constatée un peu partout en France. Une situation qui n'a toutefois pas beaucoup affecté les appartements.

La région parisienne trône toujours en haut du classement des régions les plus chères en termes d'assurance, avec une prime s'élevant en moyenne à 233 euros par an.

Mais ce classement a été bouleversé par la crise. Et désormais, à la deuxième place figure la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) qui a vu ses tarifs augmenter de +2,2 % en un an.

Les maisons victimes de leur succès

Concernant la hausse des tarifs de l'assurance pour les maisons individuelles, il est difficile de ne pas y voir une conséquence directe de la crise. Il est de notoriété publique que depuis la fin du premier confinement, les ménages français qui en avaient les moyens ont cherché à déserter les appartements en ville pour s'établir dans une maison à la campagne.

Cet engouement a inévitablement fait grimper le prix de l'assurance pour les maisons individuelles, plus particulièrement du côté de la Normandie. Même si les tarifs restent encore bien en dessous de ceux pratiqués en Ile-de-France, il a progressé de +3,7 % au cours des douze derniers mois. Assurer une maison dans cette localité coûte désormais 225 euros à l'année (contre 320 euros par an en région francilienne).