Avec la crise du Covid-19, les ventes en viager ont connu une forte croissance. Les crédirentiers sont principalement des seniors qui ne souhaitent pas intégrer un EHPAD. Grâce à ce système, les personnes âgées ont la possibilité de continuer à occuper leur logement tout en bénéficiant de la rente mensuelle versée par l’acheteur.

La vente en viager est particulièrement avantageuse pour les personnes âgées qui désirent gagner des revenus complémentaires pour subvenir à leurs dépenses de santé. Néanmoins, ce système implique certains changements. Par exemple, c'est en tant qu'occupant et non plus propriétaire que le vendeur devra détenir une assurance habitation pour le bien concerné. Ainsi, il est tenu d'informer son assureur dès la prise d'effet de la vente pour que son contrat soit modifié.

Pour l'acquéreur, la souscription d'une couverture habitation propriétaire est fortement recommandée. Il est nécessaire que la formule choisie prenne en charge les risques non couverts par l'assurance contractée par l'occupant.


Une démarche engagée par les personnes âgées, mais aussi par leurs enfants

Dès le déconfinement, les ventes en viager se sont multipliées en France. Le réseau Viagimmo, constitué de 14 agences spécialisées dans ce type de transaction réparties dans le pays, confirme cette tendance. Sa fondatrice, Sophie Richard, déclare que plus de 5 ventes ont été réalisées par l'agence des Sables-d'Olonne dans la décade qui a suivi la levée du confinement. Habituellement, une à deux transactions mensuelles sont conclues.

La dirigeante constate également que depuis la crise sanitaire, les héritiers de personnes âgées sont de plus en plus nombreux à faire appel au réseau Viagimmo. Elle note :

[…] ce sont eux qui se rapprochent de nos conseillers, et ça c'est nouveau pour nous. On sent une prise de conscience de leur côté également.

La demande suivra-t-elle sachant que la vente en viager connaît encore plusieurs obstacles ? En font notamment partie les freins psychologiques. En effet, la validité du contrat repose sur le décès du vendeur.

Une solution confortée par la crise du coronavirus

Les seniors optent le plus souvent pour la vente en viager pour ne pas avoir à quitter leur logement. En cette période de crise sanitaire, ce choix se révèle particulièrement pertinent. En effet, les résidents des EHPAD ont été les premières victimes de la pandémie, avec des décès qui se comptent par milliers. De plus, ils n'ont pas pu recevoir de visite durant une période plutôt longue en raison des mesures de confinement.


Dans la commune des Sables-d'Olonne, un couple d'octogénaires a notamment décidé de vendre en viager l'appartement qu'il occupait depuis plusieurs années. Désormais, les époux touchent une rente mensuelle de 850 euros à part leur pension de retraite. Ils évoquent les avantages de cette solution :

Nous n'avons pas d'héritier, alors à quoi bon conserver ce bien ? L'acheteur, on ne le voit jamais, nous n'avons pas de contact avec lui. Et en plus, nous n'avons plus à payer la taxe foncière, assez élevée.