+ 8,2 %, c’est le taux de croissance de l’activité immobilière en France selon le rapport du compte du logement pour 2019. Les dépenses ainsi que les recettes de l’État ont également suivi cette tendance à la hausse. Les aides, quant à elle, ont reculé de 4 %. Une baisse constatée depuis 8 ans.

Le ministère de la Transition écologique vient de publier le rapport du compte du logement pour 2019. Les chiffres communiqués relatent une activité immobilière plutôt dynamique ainsi qu'une augmentation des dépenses. Les prélèvements ayant une relation avec le logement sont également en hausse. Le montant total environne les 80 milliards d'euros.

Les aides ont cependant reculé de 4 %. Ceci n'est pas nouveau, car en 2018, une baisse de 4,1 % a déjà été constatée. Sur les huit dernières années, les aides sociales consacrées au logement ont connu un recul de 11 %. Une régression qui s'accompagne d'une hausse probable du montant de l'assurance habitation dans les prochaines années.


Près de 40 milliards d'euros d'aides dédiées au logement

En tout, 40,1 milliards d'euros ont été versés au titre d'aide pour le logement en 2019. Elles étaient à 38,5 milliards l'année précédente. À l'origine de ce recul, la réduction des avantages fiscaux. D'après le rapport publié, les avantages de taux continuent également de baisser, et ce, de manière significative.

Une diminution de 1,8 % a aussi été relevée pour les APL, soit un total de 16,7 milliards dollars.

Pour les autres prestations sociales, le rapport fait état d'une progression de 43,2 %. Elle était de 3,5 milliards d'euros. Elle s'explique par la hausse du montant du chèque énergie.

Parallèlement, l'État a reçu 80,6 milliards d'euros au titre des prélèvements relatifs aux propriétés immobilières. Cela représente une progression de 4,8 %. La somme est constituée en grande partie par la taxe foncière sur les propriétés bâties. Les impôts versés par les producteurs de services de logement en font également partie. Néanmoins, ce sont les mutations qui ont le plus augmenté.

522 milliards d'euros investis dans les logements

En 20 ans, les prélèvements sur les logements auraient grimpé de 72 %. L'activité immobilière poursuit également sa croissance. En 2018, elle a progressé de 3,9 %, puis de 8,2 % en 2019. Ce chiffre s'explique par la multiplication des achats de logements anciens. Elle est passée de 10,7 % en 2019, contre 4,2 % l'année précédente.


Les investissements dans des logements neufs s'améliorent également. Si la croissance était de 5,2 % en 2018, elle a grimpé à 6,2 % l'année dernière.

Les dépenses réalisées dans le secteur se sont aussi accrues. Le rapport du ministère de la Transition écologique enregistre une progression de 3 %, contre 2,2 % en 2018. Au total, 522 milliards d'euros ont été consacrés aux logements en 2019.

Cette croissance serait le fruit d'une augmentation des investissements immobiliers. Elle est accompagnée d'une hausse des dépenses courantes bien que son impact reste moindre.

Cela dit, les ménages se seraient davantage endettés en 2019. Les crédits immobiliers produits ont augmenté et la durée de remboursement s'est étendue. Elle est passée de 244 mois à 250 mois en un an. Le taux d'intérêt moyen, quant à lui, a baissé et s'affiche à 1,4 % en 2019. Il était de 1,5 % en 2018.v