À Paris, certaines familles vivent dans des logements sociaux non seulement exigus, mais insalubres. Le bailleur, au courant de la situation, évoque une réhabilitation en projet, mais retardée. En attendant cette opération ou un relogement, ces citoyens déclarent un véritable enfer depuis le début du confinement.

Des murs noircis par la moisissure à cause d'infiltrations d'eau

Le quotidien d'une famille de sept personnes du 18e arrondissement a été présenté par le candidat aux élections municipales Pierre Liscia. Leur logement à loyer modéré de 53 m² est insalubre, avec des murs noircis par la moisissure. Ces tâches seraient dues à des infiltrations d'eau depuis la façade qui traversent les murs.

Important Or, l'assurance habitation ne prend pas en charge les moisissures causées par des infiltrations liées à un manque d'entretien du bien.

Malgré les efforts des habitants pour effectuer les travaux nécessaires, le problème persiste. Avec le temps, les meubles ont dû être décollés des murs. Il en résulte une perte d'espace dans un appartement déjà exigu. Avec le confinement, ces familles doivent gérer la promiscuité. La moindre activité basique, comme les repas, la douche, etc., requiert une organisation militaire.


Leur cas dans cet immeuble n'est pas isolé. Interrogé, Paris Habitat, leur bailleur, a indiqué être « au courant de la situation », et avoir fixé un rendez-vous avec les locataires concernés le 9 avril prochain « pour en discuter ».

Réhabilitation et relogement en attente

Selon Paris Habitat, 100 millions d'euros devraient prochainement être investis dans une opération de réhabilitation des parties privatives et communes. Toutefois, il s'attend à un « report des travaux, compte tenu de la crise sanitaire actuelle ». En attendant, cet organisme public de la mairie explique poser des isolants dans le logement si une humidité est observée.

Paris Habitat

S'agissant de la demande de relogement de la famille, le bailleur confirme l'avoir enregistrée, mais avance la faiblesse du taux de rotation pour expliquer les délais. Il en profite pour rappeler aux demandeurs la nécessité de renouveler leur requête.

Anne Hidalgo, la maire sortante de Paris, a récemment déclaré qu' un recensement des personnes fragiles et isolées va être demandé aux gardiens des habitats sociaux.

Anne Hidalgo

Des critères auxquels ne satisfait malheureusement pas la famille confinée dans ses 53 m² insalubres…