Acheter un logement neuf peut revenir moins cher par rapport à une acquisition dans l’ancien. Il ne s’agit pas juste d’un argument commercial avancé par les promoteurs. En effet, un bien immobilier neuf peut s’avérer plus avantageux à l’achat et durant les premières années suivant la transaction dans certaines villes. Tel est notamment le cas dans plusieurs communes franciliennes.

En Île-de-France, il est possible d'acheter moins cher un logement neuf. Il s'agit certainement d'une bonne nouvelle pour ceux qui envisagent un tel projet. En effet, ils pourront économiser à l'achat, tandis qu'ils n'auront pas forcément la possibilité de le faire au niveau de l'assurance habitation. L'an dernier, les habitants de cette région figuraient parmi ceux qui devaient s'acquitter des primes les plus élevées en France pour couvrir leur maison ou appartement.

À l'échelle nationale, le mètre carré d'un bien neuf demeure plus cher par rapport à celui d'un logement ancien. Néanmoins, leurs tarifs tendent à se rapprocher aussi bien dans les grandes villes que dans les petites communes.

L'achat dans l'ancien offre plusieurs avantages

L'achat d'un logement neuf ouvre droit à des frais de notaire réduits. Par ailleurs, en fonction de sa situation personnelle et financière, l'acquéreur peut prétendre à divers dispositifs favorisant l'accession à la propriété.


D'autre part, se procurer un bien dans le neuf dans les villes où cette solution est plus abordable permet de gagner de l'espace supplémentaire. De plus, les configurations sont multiples sur ce marché. Les intéressés trouveront aussi bien des studios que des appartements comptant jusqu'à 5 pièces. Ils pourront aussi opter pour un bien équipé d'un balcon ou d'une terrasse. L'achat neuf permet donc de disposer d'un logement plus grand et doté des commodités de la vie moderne, mais qui respecte également les dernières normes de construction. Actuellement, les logements nouvellement bâtis consomment moins d'énergie et sont couverts par une assurance décennale.

Enfin, l'acquéreur d'un logement neuf n'aura pas à entreprendre des travaux coûteux qui sont souvent nécessaires en cas d'achat dans l'ancien (ravalement de façade, rénovation de la toiture, etc.).

Les écarts de prix entre le neuf et l'ancien ne cessent de diminuer

En Île-de-France, les acquéreurs peuvent notamment trouver un logement neuf moins cher qu'un bien ancien à Asnières-sur-Seine et à Créteil. Ailleurs, les écarts de prix se resserrent. Cette tendance s'explique essentiellement par l'inégalité du rythme auquel évoluent les tarifs dans le neuf et dans l'ancien.

En guise d'exemple, à Bondy, le mètre carré coûte actuellement 4 059 euros sur le marché du logement ancien, soit une hausse de 21 % en un an. Dans l'immobilier neuf, le prix a progressé deux fois moins vite. En effet, le mètre carré d'un bien neuf s'élève à 4 141 euros dans cette commune, soit une augmentation de 9 % en un an.

Dans d'autres villes franciliennes, mais aussi de l'Hexagone, les écarts de prix entre les biens neufs et anciens ne s'établissent désormais plus qu'à :

  • 4 % à Paris ;
  • 7 % à Bordeaux ;
  • 8 % à Lyon.

Parfois, la différence ne dépasse pas une centaine d'euros, ce qui fait que le neuf devient plus intéressant.