Depuis la mi-mars, la population française est confinée afin de limiter la propagation du coronavirus. Cette situation exceptionnelle met en lumière les problèmes de logement de millions de Français, qui doivent supporter la promiscuité, l’insalubrité… C’est l’occasion de découvrir l’état des lieux annuel établi par l’Insee concernant l’habitat des Français.

Un parc de logement dominé par les résidences principales

Le dernier bilan de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) révèle l'existence d'environ 36,6 millions de logements à travers l'Hexagone au début de l'année 2019. En 35 ans, le nombre a donc augmenté de 11 millions d'unités. Les résidences principales dominent, représentant 82 % du parc national, auxquelles s'ajoutent 10 % de résidences secondaires ou de logements occasionnels, et de 8 % de biens inoccupés.

21 % de ces résidences principales sont localisées dans les communes rurales, tandis que l'agglomération parisienne en concentre 16 %. Au cours des 35 dernières années, les unités urbaines autres que la capitale ont bénéficié de l'évolution de la répartition, avec une part s'élevant désormais à 63 %.


En matière de type de bien, les maisons ont la cote, avec 56 % de l'ensemble des logements.

Toutefois la composition du parc est en train de basculer en faveur des logements collectifs, dont le stock disponible augmente plus rapidement que celui des constructions individuelles.

Une majorité de propriétaires, dont 33 % d'accédants

Près de 6 ménages sur 10 (58 %) possèdent leur résidence principale. 33 % d'entre eux ont un crédit immobilier en cours de remboursement, une proportion inchangée depuis environ 10 ans. 23 % des Français louent pour leur part un bien auprès d'un bailleur privé, tandis que 17 % sont locataire d'un logement social.

Si la production de crédits immobiliers a explosé en 2019, le pourcentage d'emprunteurs ayant soldé leur dette est en hausse depuis 1984, passant de 28 % à 38 %.

Le vieillissement de la population explique cette hausse de la part des propriétaires libérés de leur emprunt.

Il leur reste donc comme charges liées au logement les impôts, ainsi que la prime d'assurance habitation.

Des habitations surpeuplées pour 2,7 millions de ménages

Le dernier rapport de l'Insee renseigne également sur le nombre moyen de pièces d'habitation par type de logement en France : 4,9 pièces et 2,9 pièces respectivement dans les maisons et les appartements.


Autre enseignement de l'étude,

2,7 millions de ménages, soit près de 8,5 % de la population, vivraient en situation de surpeuplement.

Les 18-39 ans seraient les plus concernés, et il faut ajouter les étudiants, qui résident pour la plupart dans des chambres ou studios à la superficie très réduite.

Ces logements surpeuplés se rencontrent le plus fréquemment dans l'agglomération parisienne, où 9 % des ménages sont concernés. Une proportion similaire est observée dans les zones urbaines qui comptent plus de 100?000 habitants. Le phénomène touche principalement les locataires et sous-locataires, ainsi que les personnes hébergées à titre gratuit.