Les loyers n’augmentent pas de la même manière dans les différentes régions de France. Ainsi, certaines communes sont davantage plébiscitées que d’autres en termes de résidence. Si de nombreuses personnes cherchent un appartement dans la capitale, c’est dans la ville de Bordeaux que les loyers les plus élevés ont été observés en 2019.

LocService a étudié près de 75 000 appartements ayant fait l’objet d’un changement d’occupants en 2019. L’expert en colocation entre ménages constate que pour résider en France, une personne débourse en moyenne 646 euros mensuels avec les charges diverses, dont l’assurance locataire. Par rapport aux chiffres de 2018, il s’agit d’une augmentation de 2 %.

Sachant que le taux d’inflation a à peine dépassé les 1 % l’an dernier, les loyers s’accroissent donc deux fois plus vite. Les prix sont-ils impactés par la politique sur l’encadrement des loyers ? En tout cas, les locataires ont eu droit à un mètre carré supplémentaire en 2019 par rapport à l’année précédente.

Comment augmentent les prix à Paris ?

Avec 646 euros par mois, il est possible de se procurer un petit studio de 14 mètres carrés dans la capitale. Pourtant, à ce prix, un locataire peut vivre dans un 44 mètres carrés dans la ville de Strasbourg. Avec le même loyer, les propriétaires en région bordelaise octroient pour leur part un 38 mètres carrés. Quant aux bailleurs marseillais, ils donnent accès à un 42 mètres carrés.


Concernant le type de bien immobilier, un studio coûte 503 euros en moyenne, contre 644 euros pour un T2. Il s’agit des logements les plus demandés.

La hausse du loyer est toujours plus importante en région francilienne (+3,28 %) qu'en province (+2,78 %). Ce n’est pas pour autant que la ville de Paris enregistre la progression la plus élevée. En effet, les prix augmentent plus rapidement en petite couronne (+4,75 %) que dans la capitale (+3,61 %). C’est ce qui ressort des analyses de LocService.

Dans quelles villes les loyers sont-ils les moins abordables ?

En 2019, les loyers ont crû de manière exponentielle à Bordeaux (+9,87 %). Il s’agit d’ailleurs de la plus forte augmentation recensée en France l’an passé. Angers et Nantes comptent aussi parmi les localités qui enregistrent les évolutions de tarifs les plus significatives. Ces villes ont respectivement affiché une hausse des loyers de 5,35 % et 6,62 %.

La croissance des tarifs en région bordelaise s’explique par l’ampleur de la tension locative. Ainsi, les personnes qui cherchent un logement dans la préfecture de la Gironde pourraient éprouver quelques difficultés à en trouver. Ceux qui sont en quête d’un appartement dans la ville lyonnaise sont aussi confrontés au même problème. En effet, pour une offre, 6,83 demandes sont enregistrées.