Les onze îles habitées de Bretagne attirent les acquéreurs immobiliers fortunés depuis quelque temps. Cette forte demande entraîne une surenchère des prix des logements au détriment des insulaires au pouvoir d’achat immobilier plus faible.

Ce phénomène concerne l'île-de-Bréhat dans les Côtes-d'Armor, Hœdic, Belle-Île-en-Mer, Ile-aux-Moines, Houat, l'île d'Arz ou Groix dans le Morbihan, et Sein, Molène, Ouessant et l'île de Batz dans le Finistère. De ce fait, le nombre des résidences secondaires appartenant majoritairement à des Parisiens explose dans ce territoire.

Envolée des prix des logements à Bréhat et Groix

À Bréhat, dans les Côtes-d'Armor, le prix du mètre carré a bondi de +56 % en un an. Ainsi, en avril 2022, le prix médian dépasse les 5 700 euros, d'après les chiffres publiés par un professionnel du secteur. Malgré cela, l'offre est inférieure à la demande. Ce qui favorise la poursuite de la tendance haussière.

Même constat sur l'île de Groix, dans le Morbihan. En un an, le prix des logements y a enregistré une hausse de +34 %. Les vendeurs demandent en moyenne 4 542 euros/m². Située à une quinzaine de kilomètres de Lorient, cette île intéresse vivement la clientèle parisienne.

Les prix sont alors devenus inaccessibles pour les insulaires, et ils sont obligés de déménager dans une autre ville.

Les propriétaires d'une résidence secondaire dans ces îles bretonnes doivent souscrire des garanties adaptées à leurs logements, même si ceci n'est pas obligatoire.

Il est possible de demander l'extension des garanties de l'assurance multirisque de sa résidence principale sur sa résidence secondaire, ou souscrire une nouvelle assurance avec des garanties spécifiques : vol et vandalisme, recours des voisins, dommages aux biens, etc.

Il convient de comparer plusieurs devis assurance habitation à l'aide d'un comparateur en ligne avant de fixer son choix. Ceci permet de réaliser des économies significatives pour des garanties équivalentes.

La hausse des prix reste modérée dans le Finistère

La hausse des prix dans les îles habitées du Finistère semble plus modérée comparée à celle des autres îles bretonnes.

Les acheteurs peuvent encore trouver des biens à des prix abordables à Molène, Ouessant, et à Sein (aux environs de 2 300 euros/m²).