Pour leur déménagement, les Français avaient jusqu’ici le choix entre faire appel à des professionnels, moyennant des frais non négligeables, ou à des amis, en fonction de leur disponibilité. Désormais, il existe une troisième option, le déménagement participatif. Cette formule représente une juste mesure entre professionnel et particulier. Relativement méconnue, elle commence à trouver son public dans l’Hexagone.

La France recense 3 millions de déménagements par an. D’ailleurs, cette année, 16 % de la population compte changer d’adresse, comme l’indique une étude récemment publiée par Cofidis et CSA Research. Autrement dit, ce marché reste porteur. Cependant, les déménageurs ne peuvent pas réellement profiter de cette opportunité.

En effet, seuls 24 % des déménagements sont actuellement confiés à des professionnels. Cette tendance vient essentiellement de la tarification moyenne dans le milieu, pouvant atteindre les 1 000 euros, voire 3 000 euros, en fonction du volume de la cargaison et la distance à parcourir. De ce fait, les consommateurs privilégient souvent d’autres solutions, surtout les moins chères.


Le concept du participatif en plein essor

Acteur majeur dans le secteur, le groupe Seegmuller s’est lancé sur le marché du déménagement participatif en 2016 à travers Demeclic. Cette nouvelle enseigne ambitionne de réinventer cette activité afin d’élargir la clientèle des déménageurs.

Comme l’explique le PDG du groupe, Jean-Charles Seegmuller, interviewé par La Tribune :

« Nous nous fixons trois missions : faire baisser les prix, proposer un service professionnel et faire d'un déménagement un moment fun ».

Dans la pratique, la société met des « coachs » à la disposition des particuliers pour les aider à déménager. Il s’agit de déménageurs professionnels qui superviseront l’opération. Pour ce service, l’entreprise propose également ses garanties habituelles : assurance, respect des délais, etc.

Selon le dirigeant du groupe :

« Associer fun et déménagement est un défi. Pour lancer la journée, nos déménageurs-coachs arrivent ainsi avec le petit-déjeuner et des t-shirts pour les participants. Même s'il s'agit de travailler, c'est toujours dans une ambiance conviviale, comme un « vis ma vie de déménageur » !

D’après la société, cette solution collaborative permettrait d’économiser jusqu'à 70 % sur les frais des déplacements locaux. Demeclic est notamment soutenu par le bouche-à-oreille et des avis consommateurs particulièrement positifs. L’activité de l’enseigne a ainsi doublé chaque mois durant ces deux dernières années. De plus, elle poursuit sa croissance dans l’Hexagone.


Un secteur chamboulé par la digitalisation

Grâce au phénomène de digitalisation généralisé, les consommateurs ont désormais la possibilité de trouver une assurance habitation pas cher, de générer automatiquement un devis en ligne, de faire appel à des courtiers sur Internet, etc.

Cette situation a permis à de nombreuses start-up de se lancer dans le déménagement, la location de véhicules et de matériels… De leur côté, les sociétés de déménagement traditionnelles ont dû renforcer leur présence sur le Web pour rester compétitives face à ces nouveaux acteurs.

Très populaire en ligne, le déménagement participatif (ou collaboratif) vise à répondre aux besoins des millions de Français cherchant une solution low cost pour transporter leurs effets personnels. L’idée consiste à mettre en contact les internautes avec d’autres particuliers ou des déménageurs indépendants proposant leurs services à des prix raisonnables.

Bien que l’idée semble séduisante, le déménagement collaboratif implique de nombreux inconvénients. Le client n’a quasiment aucun recours en cas de vol ou de casse. De plus, l'organisation du déménagement est généralement complexe et peut générer des frais souvent sous-estimés par les particuliers.

Au final, pour son déménagement, le client ne pourra bénéficier d’une garantie solide qu’en travaillant avec des sociétés inscrites au registre des transporteurs routiers de marchandises ainsi qu’au registre du commerce et des sociétés.