Les habitants de la Gironde sont-ils un peu plus en sécurité ? Les chiffres communiqués par la Préfecture, dans le cadre du bilan de sécurité, ne permettent pas vraiment de répondre à cette question. D’un côté, une baisse du nombre d’homicides et des agressions a été constatée, mais de l’autre, le département enregistre plus de cambriolages.

Moins d’homicides et de vols à main armée

En Gironde, les habitants ont l’impression qu’ils assistent à une montée de la violence. Cependant, ce sentiment n’est pas corroboré par les chiffres qui, eux, font état d’une baisse des homicides et des vols à main armée.

L’année dernière, 20 cas d’homicides ont été signalés, soit 4 de moins que l’année d’avant. Concernant les vols avec usage de force, là encore, un léger repli est constaté. 167 cas ont été rapportés en 2018, l’année d’après n’en a compté que 152.

À noter que les homicides se sont déroulés en majorité dans les juridictions de la police, c’est-à-dire en zone urbaine (12 cas).

Des agressions sexuelles et des violences envers les représentants des forces de l’ordre

Ces baisses masquent toutefois une réalité beaucoup plus alarmante.


En effet, en 2019, les cas d’agressions sexuelles ont enregistré une nette recrudescence. D’une année à l’autre, les cas répertoriés ont connu une hausse de +16,3 %.

D’après la Préfecture,

Ce ne sont pas les cas d’agressions sexuelles qui ont augmenté, mais le nombre de victimes qui ont trouvé le courage de les signaler.

Le mouvement « #MeToo » né de l’affaire « Harvey Weinstein » n’y est pas étranger.

Autre phénomène préoccupant, les violences perpétrées à l’égard des forces de l’ordre semblent en progression. 170 cas de violences ciblant des sapeurs-pompiers et autres professionnels du secours ont été recensés en 2019.

Les cambriolages se multiplient

Le moment est ainsi plus que propice pour les habitants de la Gironde de souscrire une assurance habitation. En effet, les actes de cambriolage semblent être devenus courants dans la région, avec une hausse de +20 % par rapport à l’année 2018.

Les autorités parlent de bandes organisées qui commettent jusqu’à 20 cambriolages par semaine. De leur côté, les forces de l’ordre déplorent un manque d’effectif et pointent du doigt le mouvement des Gilets jaunes qui mobilisent des unités censées garantir la sécurité de la population.

À noter que le nombre de vols de voiture a également fait un bond de +11 %.