Mettre des résidences étudiantes ou des appartements à destination des jeunes actifs en location : telle est l’ambition de l’entreprise Kley. Un quotidien français a interviewé son PDG, Jean-Baptiste Mortier. Il renseigne sur les caractéristiques propres à ses résidences, ainsi que sur les autres projets en cours, axés sur le co-living, un concept révolutionnaire.

Sans compter les résidences du Crous, les lits privés actuellement disponibles sur le marché du logement étudiant s’élèvent à 90 000 unités. Or, l’Hexagone totalise 2,8 millions d’étudiants.

En guise d’exemple, plus de 30 000 étudiants sont recensés à Clermont-Ferrand, alors que cette ville universitaire ne comprend que 10 résidences de 80 lits. Tels sont les chiffres avancés par le PDG de la société Kley, spécialisée dans la location de résidences estudiantines.

Conscient de la pénurie de logements subie par les jeunes (y compris ceux qui débutent dans la vie active), le groupe décide de mettre à leur disposition des résidences innovantes.


Une offre basée sur le partage d’espaces de vie pour les jeunes actifs

À travers son offre Kley Urban Village, l’entreprise Kley lancera sa toute première résidence axée sur le co-living à compter de 2021. Les jeunes actifs pourront accéder à des studios déjà meublés et équipés, ayant une surface minimale de 23 mètres carrés. Ils auront le choix entre quatre styles de logements différents.

Dans tous les cas, ils pourront bénéficier de services pratiques. Comme le révèle le dirigeant, la société a établi un partenariat avec Eiffage. Près de 250 lits devront être disposés sur une superficie de 6 000 mètres carrés.

Le PDG n’hésite pas à expliquer comment fonctionne le modèle qui sera adopté dans les grandes agglomérations (Toulouse, Nantes, Lyon…) :

« Pour certains, on fonctionnera sur le modèle de l’hôtellerie. Ce sera complètement modulaire selon la durée voulue, 2 jours, 3 mois, 1 an…plus sympa que d’aller dans un hôtel impersonnel, un appart-hôtel ou un Airbnb où vous ne savez pas totalement à quoi vous attendre ».

Des résidences étudiantes qui misent sur le confort

En 2017, des résidences estudiantines ont été ouvertes par Kley à Angers comme à Caen et Toulouse. L’année suivante, de nouveaux logements ont accueilli des étudiants à Paris-Saclay, Rennes et Marseille. Deux autres résidences ouvriront l’an prochain. Le PDG espère que 7 000 autres seront accessibles à l’horizon 2022.


Concernant le loyer, il inclut les charges comme le Wi-Fi, l’eau et l’électricité. Qu’en est-il de l’assurance habitation étudiant ? Si le loyer oscille entre 680 et 720 euros à Saclay, il tourne autour de 460 euros mensuels dans la cité de Marseille.

 Avec ses résidences implantées aussi bien en centre-ville qu’au sein des campus universitaires, Kley n’a pas manqué de desservir les zones dans lesquelles la concurrence est plutôt faible.

Les appartements font 18,5 mètres carrés en moyenne quand les chambres disponibles à la colocation mesurent au moins 14 mètres carrés. Chaque locataire a droit à sa propre kitchenette et sa salle de bains et va dans ses propres toilettes. Le salon, pour sa part, compte parmi les espaces partagés en toute convivialité.