France Assureurs, représentant des acteurs du marché français de l’assurance, demande aux pouvoirs publics de relever le poids des risques climatiques dans le coût de l’assurance habitation. Cette mesure, jugée nécessaire pour faire face à l’explosion des indemnisations due à la multiplication des catastrophes naturelles et climatiques, mettrait à mal le budget des Français.

Hausse de la part des risques climatiques pour l’assurance habitation, un arbitrage difficile

France Assureurs réclame une part des risques climatiques à 18 %

Aujourd'hui, la part des risques climatiques dans la tarification d'un contrat d'assurance habitation est fixée par l'État à 12 %, soit un prix de 25 euros pour un profil d'assuré moyen. France Assureurs estime que

Ce taux est trop faible, compte tenu de la forte hausse du nombre des catastrophes naturelles et des dommages qu'ils occasionnent.

Au vu de cette situation, et des difficultés qu'elle engendre pour les assureurs,

La Fédération réclame une revalorisation de cette part de 6 points de pourcentage, pour atteindre 18 %.

Florence Lustman, sa présidente, affirme que

Cette augmentation ne ferait grimper la facture des assurés que d'un euro par mois en moyenne.

La hausse est nécessaire pour les assureurs, mais coûteuse pour les assurés

En revanche, pour les professionnels du secteur, cette augmentation pourrait réellement faire la différence. À l'heure actuelle, ils subissent déjà des pertes sur la gestion des risques et redoutent de ne plus être en mesure d'indemniser tous les sinistres liés aux catastrophes naturelles. Cette problématique se manifeste déjà dans de nombreuses régions particulièrement exposées, où les compagnies hésitent à assurer les résidents.


Pour l'heure, le gouvernement n'a pas donné suite à la requête, sa priorité étant de préserver le pouvoir d'achat des ménages, durement impacté par l'inflation depuis 2022. Par ailleurs, une hausse de 5 % a déjà été appliquée aux primes d'assurance habitation cette année, et une majoration supplémentaire serait très mal accueillie, même si l'ajustement semble incontournable en raison de prévisions climatiques pessimistes.

Plus que jamais, afin d'alléger ce poste de dépense,

Les particuliers ont intérêt à recourir aux comparateurs d'assurance habitation pour trouver une couverture adaptée à leurs besoins à un prix compétitif.

À retenir
  • France Assureurs réclame une hausse de la part des risques climatiques dans l'assurance habitation à 18 %.
  • Cette mesure serait coûteuse pour les assurés, mais nécessaire pour les assureurs pour continuer à indemniser de tels sinistres.
  • Le gouvernement n'a pas encore donné suite à la demande.